Open d’Australie : Sofia Kenin remporte son premier tournoi du Grand Chelem ! (+ Vidéo)

Le premier tournoi du Grand Chelem de l’année, l’Open d’Australie, touche à sa fin ce week-end. Avant de savoir qui de Novak Djokovic ou Dominic Thiem remportera le tournoi chez les hommes, l’Américaine Sofia Kenin et l’Espagnole Garbiñe Muguruza disputaient la finale du tableau féminin, ce samedi matin. Dominée pendant le premier set, la première nommée a su retourner la situation en sa faveur, pour remporter, à 21 ans seulement, son premier Grand Chelem (4-66-26-2). Elle succède à Naomi Osaka, sortie dès le troisième tour, par la jeune et surprenante Cori Gauff ( 15 ans seulement ! ).

OPEN D'AUSTRALIE
Sofia Kenin disputait sa première finale d’un tournoi du Grand Chelem. A 21 ans seulement, il est évident qu’elle manquait d’expérience, par rapport à d’autres grandes du tennis mondial, comme Serena Williams par exemple, mais sortie dès le troisième tour. Mais quand on manque d’expérience, sachez, les kids, qu’il est possible de compenser par une forme d’insouciance qui permet d’être détendu et donc de lâcher ses coups. C‘est bien ce qu’a fait l’Américaine durant ce tournoi, elle a semblé être imperméable à la pression, notamment lors de sa demi-finale face à la numéro une mondiale : Ashleigh Barty (7-6 [6], 7-5). 

Ce manque d’expérience l’a quand même peut-être handicapée lors de la première manche de sa finale, face à Garbiñe Muguruza, de cinq ans son aînée. Mais c’est après la perte de ce premier set que l’Américaine a semblé plus libérée, multipliant les coups gagnants (25 dans le deuxième set). Alors que l’Espagnole, elle, subissait les coups de son adversaire et lui faisait pas mal de cadeaux (11 fautes directes).

BARTY/KENIN
ReboostéeKenin n’allait plus s’arrêter. Muguruza s’est pourtant accrochée pendant quelques jeux, lors du troisième et ultime set mais elle a ensuite laissé passer trois balles de break à 2-2, puis a décroché. Et c’est sur une énième faute de sa part que la jeune Américaine pouvait laisser exploser sa joie. Normal quand on remporte son premier Grand Chelem !

Retrouve toutes les interviews ici