Handi Tennis : jeu, set et match au top

On a une petite questions les kids…  Savez-vous qui sont Stéphane Houdet et Nicolas Peifer ? Non ? Et bien sachez que ces deux français sont tout simplement Champions Olympiques en titre en tennis en fauteuil, en double. En 2016, ils ont, en effet, fait partie de ces nombreux tricolores à avoir ramené une médaille lors des Jeux Paralympiques de Rio. Malheureusement, le handisport est bien trop peu médiatisé et ses athlètes n’ont ni la notoriété, ni la reconnaissance qu’ils méritent. Alors, à la rédac, aujourd’hui, on a décidé d’un peu « réparer » cette injustice en vous parlant d’handisport et plus précisément de tennis. 

 

TENNIS - JEUX PARALYMPIQUES - 2012 Stephane Houdet, numero un mondial premier tour, victoire contre le Thaïlandais Suthi Khlongrua *** Local Caption ***
Ancien numéro un mondial, Stéphane Houdet, a décroché l’or olympique, en double, à Rio et remporté 20 tournois du Grand Chelem.

 

Handicap physique ou auditif
Tout d’abord, sachez que le tennis se pratique en loisir ou en compétition, en simple comme en double, et qu’il est ouvert aux personnes souffrant d’un handicap physique ou d’un handicap auditif.  Il existe d’ailleurs trois catégories en compétition : 
– le
 fauteuil « quad » pour les personnes avec une atteinte fonctionnelle des membres supérieurs et inférieur ;
– le fauteuil « classique » pour tous les autres types de handicap ;
– la catégorie « sourds et malentendants ». En compétition, un certificat médical est exigé pour attester du niveau de surdité du sportif (perte d’au moins 55 dB à la meilleure oreille sur 3 fréquences déterminées).

 

Deux rebonds au lieu d’un
Pour la pratique en fauteuil, les règles sont similaires au tennis valide avec toutefois quelques aménagements. Principal changement : le joueur dispose de 2 rebonds pour renvoyer la balle, le second rebond pouvant se situer à l’extérieur du terrain. Par ailleurs, une faute est commise quand le joueur renvoie la balle dans le filet, en dehors du terrain, après le 3e rebond ou s’il touche la balle avec une partie de son corps… le fauteuil faisant partie intégrante du joueur ! Le point est, alors, attribué au joueur adverse. Quant aux personnes sourdes et malentendantes, elles jouent selon les mêmes règles que les joueurs valides mais avec l’obligation de jouer sans les prothèses auditives par souci d’équité. L’arbitrage, lui, est visuel, avec des signes codifiés pour annoncer les balles (let, faute, bonne, 2 balles ou second service).

 

TENNIS - GRAND CHELEM - TOURNOI DE WIMBLEDON 2011 - 02/07/2011 - Wimbledon (Day 12) - Stefan Olsson in action in the Men's Wheelchair Doubles - Photo: Simon Stacpoole / Offside.
Le tennis en fauteuil se pratique sur toutes les surfaces, à Roland Garros comme à Wimbledon.

 

Un fauteuil spécifique ?
Bien sûr, il est possible de découvrir le tennis avec n’importe quel type de fauteuil. Toutefois, la mobilité joue un grand rôle dans cette discipline et de nombreux joueurs font le choix d’adopter un fauteuil spécifique… Avec un cadre rigide doté de 3, 4, 5 ou 6 roues, ultra léger, très maniable, parfaitement stable et permettant des démarrages et des rotations rapides. Le tout complété par des accessoires qui permettent d’optimiser la performance en fonction du handicap du joueur.
Créé dans les années 80, le tennis en fauteuil roulant est devenu en quelques années l’une des disciplines handisport les plus populaires dans le monde. En France, il est pratiqué le plus souvent au sein des clubs affiliés à la Fédération Française de Tennis (F.F.T.). 

Et hop, on finit avec une vidéo montrant Emmanuel Macron jouant au tennis en fauteuil roulant lors  des journées olympiques organisées à Paris il y a quelques jours:

Retrouve toutes les interviews ici