Finale Fed Cup : Un partout, la balle au centre ( + Vidéo )

Loin des yeux , loin du coeur…? C’est vrai que nous avons la désagréable sensation que les Bleues se retrouvent un peu esseulées à l’autre bout du monde, pour tenter d’obtenir un troisième succès français en Finale de Fed Cup face à l’Australie, après les victoires de 1997 et 2003. Mais consolation, le Capitaine Julien Benneteau avait enfin la satisfaction de pouvoir compter sur le retour de Caroline Garcia après deux années de « bouderie » et de rapports un peu tendus avec notamment Kristina Mladenovic

STAGE FRANCE

Mais « ça, c’était avant » et l’objectif des Bleues est simple : ramener un nouveau Trophée après trois défaites en finale, en 2004, 2005 et 2016 ! Le problème est que dans des parties de Tennis, il y a des adversaires…et que les Australiennes, elles, n’ont qu’une chose en tête : ramener à la maison Aussie son premier trophée en Fed Cup depuis 45 ans (1974) ! Et quand on sait que cela fait vingt-six ans que l’Australie ne s’est pas retrouvée en Finale de Fed Cup et qu’elle se joue à domicile , on se dit que la quête du Graal de la Team Benneteau va plutôt être semée d’embûches…Tout avait pourtant bien commencé avec un premier simple victorieux de Kristina Mladenovic face à Alja Tomljanovic, en deux sets sur le score de 6-1, 6-1

C’est après que les choses se sont « un peu » gâtées… La revenante Caroline Garcia s’est pris derrière l’oreille un traumatisant 6-0, 6-0 par la numéro un mondiale Ashleigh Barty…Il faut dire qu’avec trois petits points gagnants en tout et pour tout et 16 fautes directes, difficile de faire mieux pour la Française…Résultat des courses après cette 1ère journée : 1-1 , la balle au centre, on repart sur une copie vierge avant les deux derniers simples, suivi du double de dimanche ! Alleeeez les Bleues !  

CONFERENCE DE PRESSE FRANCE

Il na faut pas oublier, les kids, que le format de cette Finale de Fed Cup ne se refera plus puisque, comme pour la Coupe Davis dès cette saison, vous aurez droit, au printemps 2020 à Budapest (Hongrie), à une concentration de rencontres autour d’une phase finale d’une semaine réunissant douze équipes ! Un format qui permettrait d’éviter un grand nombre d’absences des reines du circuit dans les phases de qualifs’, un partage d’émotions plus lisible, plus dense et sur une période bien plus courte; bref, une formule bien plus adaptée aux réalités du Tennis moderne. 

Retrouve toutes les interviews ici