Tout roule pour le roller derby !

Aujourd’hui les kids, à la rédac, on a décidé de vous faire découvrir un sport qui monte… et qui fait de plus en plus d’adeptes, notamment chez les filles. Un sport où les joueuses se font appeler « Bouffonne du 69 », « Margaret Catch Her », « Bruce Woolite » ou encore « Mémé Castagne ». Sympa non ? Car, et c’est là une des originalités du roller derby, tout pratiquant se doit de porter un pseudonyme, ou aka (also known as, alias en français) choisi par ses coéquipières ou par soi-même. Mais attention : les nouvelles venues ne peuvent se voir attribuer un « derby name » tant qu’elles n’ont pas passé ce qu’on appelle les minimums skills… Autrement dit tant qu’elles n’ont pas une parfaite connaissance des règles du jeu et qu’elles ne disposent pas d’un niveau de patinage suffisant pour disputer les rencontres en toute sécurité.

ROLLER - MAGAZINE ROLLER DERBY - 2012    Les Paris rollergirls VS Copenhague Paris en bleue Copenhague en or et noir au gymnase de Bercy.
Maîtrise du « patin » obligatoire

Bon, parlons maintenant un peu de ce « drôle » de sport devenu populaire auprès du grand public grâce au film Bliss, réalisé par Drew Barrymore en 2009. Si on devait le résumer en une phrase on dirait tout simplement qu’il s’agit d’un sport de contact sur patins à roulette. Même si ses règles sont « un tout petit peu » plus complexes… Un match se compose de deux mi-temps de 30 minutes, sur une piste ovale de 30 m sur 16 m. Chaque mi-temps est découpée en sous-périodes, appelées jams, d’une durée de 120 secondes. Si 14 joueuses par équipe sont inscrites sur la feuille de match, seulement 10 sont présentes en même temps sur le terrain (5 par équipe). Chaque « team » est composée d’une jammeuse et de quatre bloqueuses (dont une pivot). Celles-ci doivent rester groupées en un «pack», roulant à allure modeste autour de la piste. Quant aux jammeuses, elles vont devoir doubler un maximum de fois le pack en effectuant des tours de piste. A chaque fois qu’une jammeuse double une adversaire (en lui prenant un tour) sans faire de fautes, elle fait gagner un point à son équipe. L’équipe avec le plus grand nombre de points au terme des deux mi-temps gagne le match. Le rôle des bloqueuses est donc d’empêcher la jammeuse adverse de les doubler… tout en facilitant le passage à travers le pack de leur propre jammeuse. Et pour cela, les contacts, appelés blocages, sont autorisés mais sous certaines conditions, bien sûr.

ROLLER - MAGAZINE ROLLER DERBY - 2012    Les Paris rollergirls VS Copenhague Paris en bleue Copenhague en or et noir au gymnase de Bercy. mag (1572) du 01/09/2012
Tatouages et maquillage font partie de la tradition au roller derby

Si le roller derby est pratiqué depuis de très longues années en Amérique du Nord, il n’est apparu en France que vers 2009. Mais aujourd’hui de plus en plus d’équipes voient le jour dans les différentes villes de l’hexagone. Et pour la première fois, un championnat de France de roller derby a été organisé en France en 2015-2016. Avec une compétition pour les filles et une autre pour les garçons. Et, toujours en 2016, l’équipe de France féminine a remporté l’Euro Derby Tournament en Belgique. Mais, au-delà de l’aspect purement sportif, le roller derby est aussi un véritable « style de vie » mêlant culture punk, musique, sens de la fête, solidarité et esprit de liberté. Il te suffira d’ailleurs d’observer les tenues et le maquillage des joueuses pour t’apercevoir que le roller derby n’est vraiment pas un sport « comme les autres » !

 

 

Retrouve toutes les interviews ici