Vendée Globe : Le Cleac’h arrive !

Ils ont parcouru plus de 24 000 milles (44 200 kilomètres) à travers les océans et ils vont finir en « mode régate », au sprint… comme deux athlètes sur une piste « d’athlé ». Ce qui se passe sur le Vendée Globe est tout simplement fantastique les kids. Dans quelques minutes, Armel aura finalement vaincu Alex et accostera aux Sables d’Olonne en vainqueur. Même si, avouons le, les deux pourront se féliciter de nous avoir offert une bataille « de titans » et mériteraient largement la victoire.
Séparés d’une centaine de kilomètres (autrement dit « rien » en voile sur un Tour du Monde), les dernières heures de courses ont été très chaudes… Et vu le temps, on ne va pas s’en plaindre.

 

VOILE - VENDEE GLOBE 2016 - 2016 DEPART DU VENDEE GLOBE 2016-2017. LE 6O PIEDS IMOCA BANQUE POPULAIRE VIII SKIPPE PAR ARMEL LE CLEAC'H QUELQUES MILES APRES LE DEPART.  LES SABLES D'OLONNE, FRANCE, LE 6 NOVEMBRE 2016. PHOTO: BERNARD LE BARS
Sa troisième participation au Vendée Globe sera la bonne pour Armel Le Cléach’. Son bateau « Banque Populaire VIII » vogue vers la victoire.

 

Armel a tout donné
Armel Le Cléach’, en tête depuis 46 jours, compte arriver ce jeudi aux Sables d’Olonne. A 9h00 ce jeudi, il ne lui restait que 98 milles à parcourir et selon l’ETA (Estimated Time of Arrival) c’est avant  17h 00 que le skipper breton à la barre de Banque Populaire VIII devrait pouvoir lever les bras et remporter ce 8ème Vendée Globe. Un vrai soulagement pour Armel, ses proches et son équipe restée à terre puisque que le marin – qui en était à sa troisième participation – a vu revenir ces derniers jours un Alex Thomson plus motivé que jamais et qui est resté à l’affût du moindre problème technique qui aurait pu survenir sur Banque Populaire.

 

VOILE - VENDEE GLOBE 2016 - 2016 DEPART DU VENDEE GLOBE 2016-2017. LE 60 PIEDS IMOCA HUGO BOSS, SKIPPE PAR L'ANGLAIS ALEX THOMSON. LES SABLES D'OLONNE, FRANCE, LE 6 NOVEMBRE 2016. PHOTO: BERNARD LE BARS
A la barre de son Imoca Hugo Boss de 60 pieds, Alex Thomson a « fondu »  sur Armel Le Cléach’… Mais pas au point de le coiffer « au poteau ».


Alex n’a rien lâché 
Car de son côté, Alex Thomson sur Hugo Boss n’a jamais baissé  les bras. Il avouait d’ailleurs hier qu’il ne lâcherait rien : « Tout est encore jouable, on verra bien, mais vous pouvez compter sur moi pour me battre jusqu’au bout »… Et ce bien qu’il doive faire face à des problèmes de barre de liaison sur ses safrans (le gouvernail en somme) et qu’il ne puisse plus utiliser l’AIS, le système d’identification permettant de voir les positions des autres bateaux. Enfin, ça c’est ce que le skipper d’Hugo Boss affirmait les kids. Info ou intox ? En réalité, seul le skipper gallois le savait. Mais rien de majeur n’a changé dans les heures qui ont suivi, et c’est quelques heures après Armel qu’Alex devrait franchir la ligne « virtuelle ».

Un petit mot, enfin, sur ce qui se passe derrière… Si Jérémie Beyou (sur Maître Coq) et Jean-Pierre Dick (sur St Michel-Virbac) sont installés respectivement aux 3e et 4e places, la bataille pour la 5e place fait rage : Yann Eliès (Quéguiner-Leucémie Espoir) a dépassé Jean Le Cam (Finistère Mer Vent), mais ils sont au coude à coude. Encore un duel à couper le souffle qui pourrait même tourner à l’avantage d’un troisième « larron » en l’occurrence Jean-Pierre Dick sur Saint-Michel-Virbac. Quand on vous disait que cette fin de course allait être passionnante !

Retrouve toutes les interviews ici