Record du Monde de profondeur pour Arnaud Jeralm ! ( + Vidéo)

Il a 24 ans, tout l’avenir devant lui mais pas de temps à perdre. Arnaud Jerald était déjà médaillé de bronze aux derniers championnats du monde d’apnée en eau profonde et ce mardi 15 septembre, le Marseillais a battu le deuxième record du monde de sa jeune carrière, à Kalamata en Grèce, en prenant 3mns 24 s pour descendre à 112 mètres de profondeur en bi-palmes. Reprenez votre souffle , les kids ! 


C’est au sortir du confinement, quand Arnaud a repris l’entrainement, que le projet a commencé à se dessiner. Pour l’anecdote, la tentative de record avait d’abord été organisée au cœur de l’été, à Villefranche-sur-Mer sur une profondeur de 111 m. Malheureusement, aucune des 2 plongées réalisées les 10 et 14 août n’avait été validée par les juges à cause d’incidents de protocole répétitifs. Grosse frustration chez Arnaud qui avait atteint la profondeur record à chaque fois, mais il n’est pas du genre à se lamenter sans réagir….


Et c’est là qu’il décide de se fixer un nouvel objectif : Kalamata en Grèce. L’endroit même où devait se tenir une des étapes de Coupe d’Europe d’apnée de la saison. Un évènement sportif supplémentaire dont la Covid-19 aura eu raison mais que la Commission Apnée de la CMAS a maintenu une avec une vingtaine d’apnéistes internationaux qui y ont participé. Arnaud a donc profité de la présence de juges fédéraux et de ce site exceptionnel, à l’abri des courants et du vent et proche du littoral en cas de souci, pour renouveler sa tentative de record. Bonne pioche ! Car ce matin, on l’a retrouvé en pleine forme forme physique et mentale et il est descendu à 112 m de profondeur ! Sa plongée aura duré 3 minutes et 24 pour un voyage exceptionnel ! 

Quelques minutes à peine après avoir refait surface dans les eaux de Kalamata, Arnaud Jerald, ivre de bonheur, se confiait : « Un défi de la sorte ne se concrétise pas du jour au lendemain. Et cette expérience, marquée par les échecs et les remises en question, m’a beaucoup appris sur moi et ma capacité de résilience. Elle m’a incontestablement fait progresser. Le bonheur que je ressens aujourd’hui, je le partage avec les dix personnes de mon équipe qui m’ont accompagné au quotidien, car sans elles, rien de tout cela n’aurait été possible… ». 

Retrouve toutes les interviews ici