Pipe Masters : Italo Ferreira, le nouveau roi de la vague, a été sacré ! ( + Vidéo )

Le nouveau roi du surf mondial est encore un membre de la « Brazilian Storm » ( ou, si vous préférez, les kids, la « tornade Brésilienne », une génération dorée qui emporte tout sur son passage ! ). Si Gabriel Medina fut le premier champion du monde brésilien en 2014 ( il l’a aussi été en 2018 ) et qu’Adriano de Souza fut sacré en 2015, c‘est maintenant au tour d’Italo Ferreira de connaître la consécration ultime ! Lors de la dernière manche de la saison du Pipe Masters, sur la merveilleuse île d’Hawaii, le Brésilien de 25 ans a décroché son tout premier titre mondial !

FINALE WSL BILLABONG PIPE MASTERS
Reconnaissable entre tous grâce à ses cheveux peroxydés, il aura dominé de la tête et des épaules cette saison 2019. Avant cette manche finale sur le North Shore d’Oahu, il avait chipé à Gabriel Medina la première place du classement après sa finale à Hossegor (Landes) et sa victoire à Peniche (Portugal). Afin de maximiser ses chances de victoire, Italo Ferreira est arrivé à Hawaii un mois avant l’épreuve, afin de s’y entraîner chaque jour, sous le regard de la star locale Shane Dorian.
FINALE WSL BILLABONG PIPE MASTERS

Le Brésilien a notamment fait le show lors de la dernière journée de compétition, sur le spot de Banzai Pipeline, démonté par les vague. La légende du surf Kelly Slater (47 ans) elle-même ne put rien y faire et du s’arrêter en demi-finale, synonyme de non-qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Après avoir dompté les vagues et son principal adversaire Gabriel Medina en finale, Italo Ferreira pouvait enfin savourer son titre de champion du monde.

Il faut dire que pour arriver à un tel niveau aujourd’hui, le jeune Italo Ferreira, issu d’une famille pauvre de Baia Formasa, passa ses journée dans l’eau et c’est là qu’il se découvrit un réel talent pour le surf. À tel point qu’il se fit remarquer par Jadson André, surfeur professionnel. Son immense gentillesse, son humilité et sa persévérance l’ont porté au sommet. Surnommé « Eat-a-lot » ( « mange beaucoup »,… oui, oui, on en profite pour réviser les cours d’anglais ), à cause de son appétit d’ogre, il fait désormais partie des très grands de sa discipline !

Retrouve toutes les interviews ici