Nage en eaux vives

Aujourd’hui on a décidé de mieux vous faire connaître un sport qui est aussi une activité ludique et un loisir particulièrement apprécié l’été et que certains d’entre-vous vont peut être pratiquer lors de leurs vacances. Ce sport c’est la nage en eaux vives, les kids… une discipline également connue sous le nom de « riverboarding » ou « hydrospeed » et qu’il ne faut pas confondre avec la nage en « eau libre » (une discipline qui permet actuellement à la France de récolter quelques belles médailles aux Championnats du Monde de natation qui se disputent à Budapest et sur laquelle nous reviendrons prochainement)… 

 

La nage en eaux vives permet de conjuguer sensations fortes et découverte de la nature. Crédit photo : Commission Nationale Nage en Eau Vive.

 

 

Un mode de déplacement 
Avant d’être un sport, la nage en eaux vives était un mode de déplacement déjà utilisé lors de l’Antiquité et dont les indiens d’Amérique étaient également adeptes puisqu’ils descendaient les rivières à l’aide de vessie animales gonflées d’air. Mais la discipline telle que nous la connaissons est née, en réalité, en France au milieu des années 1970. A cette époque les nageurs prennent appui sur des chambres à air de voiture pour pratiquer une activité qui s’apparente plus à un loisir. Il faut attendre 1978 et l’invention par Claude Puch, technicien des Ponts et Chaussées de Paris, d’un flotteur équipé d’un système de protection et nommé « hydrospeed », pour que la nage en eaux vives deviennent une discipline sportive à part entière. Et c’est en avril 1979 que la première compétition voit le jour sur le Fier (ndlr : rivière en Haute-Savoie)… Une quinzaine de nageurs y participent. 

 

Au contact de la nature
A la fois sport de glisse et activité de pleine nature, la nage en eaux vives consiste à évoluer à la nage, équipé de palmes, d’une combinaison néoprène, d’un casque, d’un gilet et d’un flotteur dans les eaux tumultueuses des torrents et des rivières, classées par ordre de difficultés. Une activité rapidement accessible au plus grand nombre et qui peut, d’ailleurs, être pratiquée dès l’âge de 8 ans. Elle permet de s’adonner à sa passion pour la natation sportive tout en découvrant des paysages uniques. Aujourd’hui, elle se pratique donc en loisirs mais aussi en compétition puisqu’il existe des Championnats de France de nage en eaux vives organisés par la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins (FFESSM) et la Commission Nationale Nage en Eau Vive.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Les torrents et rivières sont classés par ordre de difficultés sur une échelle de I à VI. Crédit photo : Commission Nationale Nage en Eau Vive.

 

Des « spécialistés » plurielles
Descente, slalom, freestyle, raid longue distance… La nage en eaux vives se décline en réalité en différentes « spécialités »…
– la descente
L’épreuve consiste à descendre 7 à 12 km, avec des palmes plus longues et des flotteurs plus effilés afin de gagner un maximum de vitesse.
– le slalom est une course contre la montre en deux manches comprenant une succession de 18 à 30 portes qu’il faut franchir, selon la couleur, dans le sens de la rivière (porte verte) ou à contre-courant (rouge). Des pénalités de parcours sont données pour les portes touchées ou manquées.
– le marathon est un raid sur une grande distance (40 km), en groupe ou en individuel, à réaliser en un minimum de temps.
– le freestyle consiste à réaliser en surf des figures, imposées ou libres, dans un espace très restreint. La nage en eaux vives acrobatique se caractérise par la capacité du nageur à utiliser la technique de base pour s’adapter à la configuration du milieu afin de réaliser, dans l’espace et dans le temps, un ensemble de figures acrobatiques spectaculaires, dans une forme d’expression assimilable à la danse ou à la GRS.

Enfin, l’orientation en eau vive est une course contre la montre qui se déroule en rivière sur des parcours naturels ou artificiels matérialisés par des balises que les concurrents doivent découvrir par des cheminements de leur choix en se servant d’une carte et éventuellement d’une boussole.

Retrouve toutes les interviews ici