Perrine Laffont : une sacrée bosseuse

Elle est membre de l’équipe de France de ski de bosses et vient de remporter l’épreuve de Deer Valley aux Etats-Unis, devançant deux américaines…. Elle signe là, sur ce qu’elle considère comme « la plus belle course au monde mais aussi la plus dure » sa quatrième victoire en Coupe du monde…  Une victoire qui, au passage, lui permet de monter sur le podium au classement général de cette Coupe du monde. « Elle », c’est Perrine Laffont ! A 19 ans, la française s’annonce comme une véritable chance de médaille – voir de titre – pour la délégation tricolore aux Jeux Olympiques de Pyeongchang qui s’ouvriront dans quelques semaines. Votre rédac ne pouvait donc pas passer à côté de cette spécialiste du ski acrobatique qui s’est « révélée » aux yeux du grand public il y a 4 ans, à Sotchi…

 

 

 

Vitesse, technique, qualité des sauts… le ski de bosses en parallèle est une discipline aussi exigeante que spectaculaire.

 

 

A 15 ans en finale des JO
Petit retour en arrière… Nous sommes à Sotchi  le 7 février 2014. Perrine Laffont, la benjamine de la délégation française aux Jeux olympiques d’hiver en Russie, entre en piste dans l’épreuve du ski de bosses. Et contre toute attente, celle qui n’a alors que 15 ans se hisse en finale de l’épreuve. Un véritable exploit ! Certes, la pression est alors trop forte et Perrine « craque » terminant à la 14e place. Mais le rendez-vous est pris pour « dans 4 ans » comme l’annonce alors son entraîneur, Ludovic Didier. Aujourd’hui on y est presque et, à la rédac, on croit dur comme fer que la jeune Ariégeoise (elle est née le 28 octobre 1998 à Lavelanet) sera bien présente au rendez-vous. 

 

Une « boss des bosses »
Car depuis Sotchi, Perrine Laffont a plus que confirmé et considérablement progressé pour devenir, aujourd’hui, l’une des cadors du ski de bosse mondial... Autant dire qu’elle va débarquer aux JO de Pyeongchang avec beaucoup d’ambitions mais aussi… une sacrée pression.  « J’ai eu quatre ans pour apprendre de mes erreurs, confiait-elle récemment. Il ne faudra pas que je regarde les réseaux sociaux, ce que l’on dit de moi. Maintenant, j’arriverai aux Jeux avec un statut totalement différent, il faudra réussir à gérer cela. » La saison dernière, Perrine a terminé deuxième du classement général de la Coupe du monde derrière l’Australienne Brittenny Cox. Mais elle a également été sacrée Championne du monde de ski de bosses en parallèle. Une discipline plus que spectaculaire où le moindre détail compte et où tout est noté par les juges : technique, vitesse et qualité des sauts.

 

 

De l’ennui du ski alpin au fun des bosses
Une première consécration au plus haut niveau pour celle qui est montée sur des skis pour la première fois à l’âge de deux ans. « Mon père, mon frère sont moniteurs de ski, ma mère est présidente du Boss Club des Monts D’Olmes. J’ai commencé à skier dans les bosses à l’âge de cinq ans et depuis je ne me suis plus arrêtée. » Pourtant, Perrine s’est aussi essayée au ski alpin.. « Enfant, j’ai toujours voulu être monitrice de ski donc à 10 ans j’intègre le collège d’Ax-Les-Thermes en section sport étude ski alpin. Sélectionnée à deux reprises pour le coq d’or et une fois pour les Championnats de France, j’aime les sensations que procure le ski alpin. Mais le ski de bosses est ma discipline favorite, l’ambiance est plus cool. Je réussi à allier les compétitions de ski de bosses et de ski alpin. Je me rappelle toujours les stages d’automne à Tignes avec le club alpin. On passait la journée à faire des courbes ennuyeuses alors qu’il y avait la piste de bosses juste à côté où s’entrainaient les membres de l’équipe de France. Je les regardais avec envie… En espérant que moi aussi, un jour, je puisse intégrer l’équipe de France de ski de bosses. »

 
 
 
 
Perrine Laffont regarde l’avenir avec le sourire et compte bien décrocher sa première médaille olympique dans quelques semaines.
 
 

 

 

Au revoir les Pyrénées, bonjour les Alpes
C’est aujourd’hui chose faite et de quelle manière ! Pour mettre tous les atouts de son côté, Perrine Laffont a du quitter le lycée de Font-Romeu et « ses » Pyrénées pour poser ses skis dans les Alpes, à Tignes et Albertville, où les structures étaient plus adaptées. Elle suit également des cours à l’IUT d’Annecy en section commerce afin de préparer au mieux sa reconversion. Et oui, elle y pense déjà les kids ! Et elle a bien raison car même si Perrine est encore toute jeune et a son avenir sportif devant elle, il ne surtout pas négliger « l’après vie sportive ». D’autant que dans sa discipline, on est déjà un « vieux » à 30 ans à peine !  En attendant, celle qui collectionne également les titres de Championne de France et de Championne du monde Junior fait le plein de confiance avant les prochains JO. Et ça, on aime ! 

 
 

 

 

Retrouve toutes les interviews ici