La relève du Ski Cross français

Depuis plusieurs années, le Ski Cross français domine le circuit mondial grâce aux tenors de la discipline, Jean-Frédéric Chapuis, Bastien et Jonathan Midol ou encore François Place. L’avenir s’annonce tout aussi prometteur grâce à une jeune génération, dans le sillage des médaillés olympiques et vainqueurs de coupe du monde. En tête de liste, Youri Duplessis Kergomard, 23 ans, vainqueur du classement général de la Coupe d’Europe 2019, entre cette année dans le groupe « coupe du monde » de Ski Cross, et devient ainsi le plus jeune français qualifié sur le circuit mondial !

Il faut dire que Youri a le sport de haut niveau dans la peau. Originaire de Montpellier, ses parents l’initient l’été à la moto trial et au VTT sur la côte méditerranéenne et aux sports d’hiver au club de Méribel où il monte sur des skis dès l’âge de 18 mois ! Youri choisit finalement la montagne et performe rapidement en alpin avant de se consacrer totalement au Ski Cross à 16 ans. Le skieur suit ensuite une ascension fulgurante : double champion de France 2016 et 2017 devant les médaillés d’or, d’argent et de bronze des Jeux Olympiques, Youri remporte le classement de la coupe d’Europe de la saison 2018/2019. Une victoire qui lui ouvre la porte du circuit mondial !

Alors Youri, la relève du Ski Cross français c’est toi ?

 » Oui, j’ai quasiment 8 ans de moins que les meilleurs français du Ski Cross, alors forcément on peut parler de relève. J’évolue et m’entraîne au sein d’une équipe de France qui n’a jamais été si dense. Nous sommes aujourd’hui 9 hommes, et comptons parmi nous les plus beaux titres mondiaux. La France est la plus grosse nation du monde. S’entraîner ensemble est une force pour moi, cela me permet de me mesurer en permanence aux meilleurs. Bien sûr, je ne suis pas encore au plus haut niveau mondial, mais j’ai encore des marges de progression… »

Être aux Jeux Olympiques de Pékin 2022, c’est un rêve pour toi ?

« Evidemment, quand on pratique le sport de haut niveau on vise forcément le graal. Et dans notre sport, le rêve ultime ce sont les Jeux. Je me souviens du triplé tricolore aux Jeux de Sotchi en 2014, j’étais au Lycée, on était tous devant la TV, et ça m’a fait rêver ! C’était fantastique. Je me suis dit qu’un jour j’y serai aussi. Pour 2022, il reste encore plus de 2 ans pour être au meilleur niveau, mais la France n’a que 4 places, il faudra donc être devant. La sélection est rude ! En tous cas le but est de me qualifier en battant les collègues de l’équipe de France ».

2019 marque ton entrée au sein du Groupe Coupe du Monde France. Comment envisages-tu cette saison ?

« La saison compte 13 étapes de coupe du monde dans 10 pays entre décembre et mars. C’est intense. La première épreuve sera le 5 décembre à Val Thorens : l’occasion de voir où je me situe ! « .

Allez hop, en attendant, on se pare de lunettes, d’un casque, on chausse les skis et on embarque à bord de cette vidéo  :

Retrouve toutes les interviews ici