Le bobsleigh entre en piste

En 1993 (ok ça ne date pas d’hier…), sortait sur les écrans un film baptisé « Rasta Rockett ». Une comédie inspirée de la première participation de la Jamaïque aux Jeux Olympiques d’hiver, organisés à Calgary au Canada, en 1988… et qui mettait en scène la seule discipline dans laquelle la Jamaïque était représentée : le bobsleigh ! Alors pourquoi on vous parle de ça aujourd’hui ? Et bien, tout simplement, parce que c’est aussi ce sport que nous avons choisi de vous faire découvrir dans ce nouvel article. Un article qui « sent bon » la glisse, la vitesse et l’adrénaline. 

 

BOBSLEIGH - CHPT DU MONDE - 2016 12.02.2016, Olympiaeisbahn Igls, Innsbruck, AUT, FIBT WM, Bob und Skeleton, Zweierbob Damen, 1. Lauf, im Bild v.l. Christina Hengster, Sanne Monique Dekker (AUT) // Christina Hengster Sanne Monique Dekker of Austria during 1st run of XX at FIBT Bobsleigh and Skeleton World Championships at the Olympiaeisbahn Igls in Innsbruck, Austria on 2016/02/12. EXPA Pictures © 2016, PhotoCredit: EXPA/ Johann Groder
Descendre le plus rapidement possible une piste glacée, étroite et sinueuse… tel est le principe du bobsleigh.

 

Les Suisses à l’heure du bobsleigh
Le bobsleigh – le « bob » pour les « intimes » – est un terme d’origine américaine (sleigh voulant dire traîneau) et pourtant ce sport a été imaginé par des suisses, à la fin des années 1860. On s’amusait alors à effectuer des descentes chronométrées sur une piste glacée, étroite et sinueuse, à bord d’une sorte de luge. Mais ce n’est que quelques années plus tard, lorsque les pratiquants auront l’idée d’assembler deux skeletons et d’y ajouter un mécanisme de direction puis un châssis que le bobsleigh verra véritablement le jour. Et, c’est en 1897, à Saint-Moritz, en Suisse, que le premier club de bobsleigh au monde sera finalement créé.  

 

Il était une fois le skeleton
Evidemment, là les kids, vous vous demandez ce que peut bien être un… skeleton ! Pas de panique, vous pouvez compter sur les journalistes de votre rédac préférée pour vous éclairer. En fait, un skeleton c’est comme une planche de luge. Sauf qu’on s’allonge dessus à plat ventre et la tête en avant. Et pour la petite info, le skeleton est, lui aussi, un sport olympique !

BOBSLEIGH - SKELETON - COUPE DU MONDE - 2014 19.01.2014, Olympiaeisbahn Igls, AUT, Viessmann FIBT Bob und Skeleton Weltcup, 4er Bob Herren, 1. Durchgang, im Bild Oskars Melbardis, Daumants Dreiskens, Arvis Vilkaste und Janis Strenga (LAT) // Oskars Melbardis, Daumants Dreiskens, Arvis Vilkaste und Janis Strenga (LAT) during first run four men Bob at FIBT Viessmann Bobsleigh and Skeleton World Cup at Olympic ice canal, Innsbruck  Igls, Austria on 2014/01/19. EXPA Pictures © 2014, PhotoCredit: EXPA/ JFK *** Local Caption ***
Qu’il soit pratiqué à deux ou à quatre, la phase de départ où les athlètes poussent le bob est particulièrement importante.

 

Pousser, embarquer
Bon, après ce petit intermède, revenons-en au bobsleigh. Les équipes se composent d’un freineur et d’un pilote pour les courses à deux. Pour les épreuves à quatre, deux pousseurs viennent s’ajouter à l’équipage. Au moment du départ, l’ensemble de l’équipage pousse l’engin sur 50 mètres. Cette distance est généralement parcourue en moins de six secondes et une vitesse de plus de 40 km/h est atteinte avant que l’équipage n’embarque dans le bobsleigh.

 

 

JEUX OLYMPIQUES D'HIVER - BOBSLEIGH - 2014 16.02.2014, Sliding Center Sanki, Krasnaya Polyana, RUS, Sochi, 2014, Bob, Herren Zweier, 1. Lauf, im Bild Heath Spence und Duncan Harvey mit Bob Australia 1 (AUS) // Heath Spence and Duncan Harvey Bob Australia 1 of Australia during Heat 1 of Two-man Bobsleigh of the Olympic Winter Games Sochi 2014 at the Sliding Center Sanki, Krasnaya Polyana, Russia on 2014/02/16. EXPA Pictures © 2014, PhotoCredit: EXPA/ Johann Groder *** Local Caption ***
Une discipline olympique spectaculaire qui suscite beaucoup de passion chez les amateurs de vitesse.

Le « bob » débarque aux J.O.
La première course olympique à quatre a eu lieu en 1924, à Chamonix. En 1932, une épreuve à deux a été ajoutée au programme des J.O. Quant à la première épreuve féminine de bobsleigh (à deux), elle a été organisée en 2002. Lors des premières compétitions, les athlètes qui pratiquaient le bobsleigh étaient particulièrement costauds afin de dégager le maximum de puissance sur la phase de départ. Et puis, en 1952, un règlement est venu imposer une limite maximale de poids pour le bobsleigh et son équipage. Résultat : les « supers poids lourds » ont laissé la place à des athlètes de haut niveau, affutés et entraînés capables de tirer le maximum d’engins de plus en plus perfectionnés.

 

24856568860_bd9b71cfe6_k-2
Le monobob a connu un grand succès lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse en 2016.

Un bel avenir pour le monobob ?
Car les bobsleighs d’aujourd’hui n’ont plus rien à voir avec leurs ancêtres. Les technologies de la Formule 1 mais aussi de l’aérospatiale ont, en effet, été utilisées pour concevoir des « bobs » de plus en plus aérodynamiques et rapides… Les meilleurs descendant la piste à des vitesses qui dépassent les 150 km/h. Ainsi, comme en F1, ceux qui dominent la discipline sont souvent ceux qui disposent des engins les plus performants. C’est d’ailleurs pour contrecarrer cette « hégémonie technologique » mais aussi pour permettre à davantage de nations et de sportifs de pratiquer cette discipline qu’est né le monobob. Le principe est le même que pour le bobsleigh classique sauf qu’il n’y a qu’un seul concurrent par « bob » et que lors des compétitions, tous les pilotes utilisent le même engin. Une nouvelle discipline testée avec succès lors des derniers Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) à Lillehammer, en Norvège, en février dernier (ndlr : les JOJ réunissent de jeunes athlètes talentueux âgés de 15 à 18 ans venus de tous les pays du monde).

On finit avec une petite vidéo qui montre que si les « crashs » sont rares au « bob », ils sont toujours très spectaculaires. La preuve en images…

 

Retrouve toutes les interviews ici