Alexis Pinturault : tout schuss vers les JO !

Du foot, du water-polo ou encore du badminton… encore une fois votre site préféré aura quasiment fait le « tour du monde » de la planète sport cette semaine. Et ce n’est pas fini, puisqu’aujourd’hui on va vous parler ski, les kids. Et plus précisément d’un champion français dont on attend beaucoup dans les mois qui viennent, notamment avec les Jeux Olympiques d’hiver qui arrivent « à grands pas » (à Pyeongchang, en Corée du Sud du 9 au 25 février 2018)…Go pour un portrait d’Alexis Pinturault !

 

 

Alexis Pinturault a remporté la Coupe du Monde de combiné en 2016 et 2017.

 

 

19 victoires en Coupe du monde
On l’avait quitté fatigué, en fin de saison dernière, après son cuisant échec lors des mondiaux de Saint-Moritz (6e en super-G, 7e en géant, 10e en combiné et sortie en slalom) et un nouvel abandon au slalom des Championnats de France. Alexis Pinturault avait pourtant démarré l’année en « boulet de canon » avec quatre podiums (dont trois victoires) lors des cinq premiers géants de la Coupe du monde, devenant au passage et à 25 ans, le n°1 des Français au total des victoires en Coupe du monde avec 19 succès… devant un certain Jean-Claude Killy ! On le retrouve , aujourd’hui, plus serein et apaisé, alors que le skieur tricolore entame dimanche une nouvelle saison, à Sölden, en Autriche, où il s’était d’ailleurs imposé l’an passé. Une saison qui connaîtra donc son « point d’orgue » avec les JO en février prochain.

 


La force tranquille
Cette première course à Sölden, Alexis Pinturault avoue l’attendre avec impatience, lui qui sort d’une préparation où il a alterné entre le physique avec son entraîneur détaché par son sponsor autrichien et le ski, avec le groupe de « géantistes » français encadrés par Fred Perrin. Une préparation estivale marquée, comme il le confie lui-même, par « 12 semaines à travailler dur pour être prêt physiquement à attaquer l’hiver dans les meilleures conditions (…) et avec le plus gros du travail technique effectué à Ushuaia au mois d’août. » Vainqueur de la Coupe du Monde de combiné en 2016 et 2017, Alexis Pinturault affiche donc un moral de gagnant, comme à son habitude pourrait-on dire. Car le skieur né à Moûtiers en mars 1991 et licencié au Club des sports de Courchevel possède une force tranquille et une confiance inébranlable en son talent.

 

 

Préparation physique estivale intense pour Pinturault avec les JO en ligne de mire.

 

La culture de la gagne
Des traits de caractère qu’il tient certainement de ses parents, tous deux d’origine norvégienne (Alexis Pinturault possède d’ailleurs la double nationalité) et qui l’ont élevé dans la culture de « la gagne »… « Mon père Claude est très exigeant. Il sait de quoi il parle et m’a toujours enseigné que le respect se mérite en gagnant. Ma mère est une grande sportive également… J’ai dû hériter de leur gènes en compétition.” Plus jeune, il se passionnait également pour le football et a d’ailleurs longtemps hésité entre le ballon rond et le ski« Je partageais ma vie entre le foot à Annecy en été et le ski à Courchevel l’hiver… Mais il a bien fallu choisir.” Son choix s’est donc porté sur le ski, pour notre plus grand bonheur.  

 

Un palmarès qui en impose
Car le palmarès d’Alexis Pinturault est déjà impressionnant. Champion du monde junior de slalom géant en 2009 et en 2011, il remporte aussi la Coupe d’Europe de ski (antichambre de la Coupe du monde) en 2010-2011. Polyvalent, il participe à la Coupe du monde de ski alpin où il s’impose, avant ses 22 ans en slalom, en super-combiné et en géant. Le 19 février 2014, il décroche le bronze lors de l’épreuve de slalom géant des Jeux Olympiques de Sotchi. Plusieurs fois Champion de France, il est également Champion du monde par équipe en 2017, 3e des Championnats du Monde 2015 en slalom géant ou encore 3e du classement général de la Coupe du Monde, là encore en 2015. On attend donc les prochains JO en Corée du Sud avec impatience.

 

Retrouve toutes les interviews ici