Le water-polo, premier sport collectif olympique

On fait « coup double » aujourd’hui les kids! D’une part en poursuivant notre série d’articles dédiés aux JO de Paris 2024 et d’autre part, en continuant à vous faire découvrir des disciplines trop peu connues et peu médiatisées (sauf à l’occasion des grandes compétitions comme les JO). Et cette fois-çi, on vous emmène dans les bassins pour faire connaissance avec un sport collectif ludique, qui ressemble beaucoup au handball mais dont certains aspects pourraient également faire penser à la lutte… Un sport qui nécessite une sacrée condition physique puisque les joueurs doivent être en permanence en mouvement, qu’ils soient ou non en possession de la balle. Ce sport, c’est le water-polo ! 

 

 

Le water-polo est un sport très physique qui nécessite d’être en permanence en mouvement.

 

 

7 joueurs comme au handball 
Avant de revenir sur l’origine de ce sport et son entrée aux JO, intéressons nous à ses règles. Comme au handball, une équipe de water-polo est composée de 7 joueurs, chacun ayant un rôle bien particulier : un gardien de but, un arrière central, deux joueurs formant la ligne extérieure, deux ailiers et une pointe (comme le pivot au hand). Le rôle de l’arrière central est « simple » : contrôler la pointe adverse. Ce qui explique pourquoi il peut être souvent exclu (un joueur est exclu définitivement après sa troisième faute). Les deux joueurs composant la ligne extérieure doivent, eux, se coordonner avec l’arrière pour défendre « en équipe » et de la manière la plus solide possible (vous découvrirez, les kids, qu’à l’origine, le water-polo était une discipline encore plus physique que maintenant). Quant aux ailiers, ils alternent, comme en handball, entre l’attaque et la défense. De son côté, « la pointe » va tenter de faire reculer la ligne arrière adverse pour permettre à ses coéquipiers et notamment aux joueurs de la ligne extérieure de trouver des positions de tir. Une attaque ne doit pas excéder trente secondes. Un match se décompose en quatre périodes de 8 minutes. Avec, deux temps morts possibles par quart temps. 

 

 

Un cousin du polo équestre 
Même si certains affirment qu’une variante du water-polo était pratiquée dans les thermes par les légionnaires romains, c’est avant tout au Royaume-Unis et aux Etats-Unis que ce sport est né et s’est développé. D’ailleurs, la forme pratiquée dans chacun de ces deux pays n’étaient pas la même. Ainsi, aux Etast-Unis, le water-polo était beaucoup plus physique avec des engagements qui dépassaient souvent la limite. Les bagarres entre joueurs étaient fréquentes, pour ne pas dire habituelles. C’est pourquoi, en 1897, pour gommer les aspects les plus violents de ce sport, le New-yorkais Harold Reeder mis sur papier les premières règles américaines de la discipline. En Angleterre, ces premières règles voient le jour plus tôt, en 1870, grâce au club de natation de Londres. Au fil des années, c’est le « style européen », plus rapide et moins dangereux, qui finit par s’imposer et aujourd’hui cette « version » qui est pratiquée partout dans le monde. Alors peut être vous êtes vous demandés pourquoi ce sport s’appelait water-polo ? Et quel était son « lien de parenté » avec sa version équestre ? Et bien, à l’‘origine, les joueurs grimpaient sur des tonneaux flottants semblables à des chevaux factices et lançaient la balle avec des bâtons en forme de maillets. De fait, le water-polo ressemblait beaucoup au polo équestre… d’où son nom !

 

 

Le water-polo féminin a fait son entrée aux JO en 2000 à Sydney.

 

 

Sport olympique depuis 1900
Le water-polo a été le premier sport collectif à faire son entrée aux JO, en 1900 à Paris.. Il « disparaît » du programme officiel 4 ans plus tard avant de revenir pour être présent par la suite à chaque olympiade. Pendant très longtemps, la discipline a été dominée par la Hongrie. Entre 1928 et 1980, ils ont d’ailleurs remporté des médailles à tous les Jeux. Mieux, entre 1932 et 1976, ils décrochent même six des dix médailles d’or en jeu. Après un passage « à vide » qui aura vu les Etats-Unis, la Russie, l’Italie ou encore l’Espagne jouer les premiers rôles, la Hongrie revient sur le devant de la scène, en 2000 à Sydney, en gagnant sa septième médaille d’or de water-polo. La même année, le water-polo féminin fait sa première apparition officielle aux Jeux Olympiques. Les hongrois récidivent en 2004 et 2008 en empochant une nouvelle fois le titre olympique. En, 2016 à Rio, la Serbie a surclassé la compétition et a remporté la médaille d’or chez les hommes contre la Croatie, l’Italie décrochant le bronze. Chez les dames, les Etats-Unis ont devancé l’Italie et la Russie.

Retrouve toutes les interviews ici