Tony Estanguet, portrait du « Maître des Jeux »

Dans le cadre de notre série « Les Kopkids et les Jeux« , la rédac vous propose de découvrir le portrait de celui que beaucoup considèrent comme « l’homme fort » de Paris 2024… Celui qui a porté – certes avec d’autres, notamment Bernard Lapasset (Co-Président de la candidature) sans oublier beaucoup de sportifs –  la candidature de notre capitale pour l’organisation des Jeux en 2024 et qui en est surtout devenu le leader. Celui que certains de ses collègues du CIO (Comité International Olympique) appellent le « Sebastian Coe Français« , en référence à l’ancien double champion olympique de 1 500 m anglais qui avait littéralement porté à lui seul la candidature anglaise – et au passage « humilié » les Français – pour l’obtention des JO de 2012… Celui qui a également connu une carrière de sportif de haut niveau tout simplement exceptionnelle… Cet homme, c’est Tony Estanguet, le désormais Président du Comité d’organisation des Jeux de Paris 2024.

 

Trois fois Champion Olympique, Tony Estanguet est aussi un homme de compétition.

 

3 fois Champion Olympique, du Monde et d’Europe
On commence par là où tout a débuté les kids… Autrement dit par le sport et le canoë. Car peut être avez-vous fait connaissance, pour la première fois, avec Tony Estanguet en suivant la candidature française pour les JO de 2024…?Rrroooo…si c’est le cas, sachez qu’avant de faire parler de lui au CIO et dans les tribunes officielles, c’est sur « le terrain » que Tony Estanguet a brillé ! Ou plus précisément sur l’eau. Et pas qu’un peu ! Son palmarès ? Champion de France de 1997 à 2009… Champion Olympique en slalom C1 en 2000, 2004 et 2012… Mais aussi 3 fois Champion d’Europe et 3 fois Champion du Monde ! Sans parler de ses nombreuses 2èmes places. Ajoutez à cela, le « titre » de porte-drapeau de la délégation française aux JO de Pékin de 2008. Autant dire que l’histoire d’amour entre le champion français et les JO ne date pas d’hier. Tout comme son goût pour le canoë, d’ailleurs… « Mon père avait été médaillé international et mes deux grands frères étaient en équipe de France, je ne voulais donc pas être le seul à passer à côté de cela. En plus, mon père était encore en activité quand j’étais enfant et on l’accompagnait en compétition ».

 

 

Une reconversion réfléchie et préparée
Alors comment Tony s’est-il retrouvé « en première ligne » pour défendre la candidature de Paris ? Et bien cela a commencé, en fait, par une reconversion réussie qui, elle, a été pensée dès 2004… Soit juste au lendemain de son deuxième titre de Champion Olympique. Ainsi, dès 2005, c’est avec un diplôme en poche qu’il sort de l’Essec (une très grande école de commerce). En 2008, Tony connaît une véritable douche froide à Pékin en étant sorti dès les demi-finales des Jeux alors qu’il espérait y gagner une troisième médaille d’or. À deux doigts de mettre un terme définitif à sa carrière, il décide pourtant de relever un dernier défi en repartant pour 4 ans… tout en continuant à préparer sa reconversion qu’il souhaite « dans le sport de haut niveau et dans l’olympisme. » Et ce, avec le succès que l’on connaît puisqu’à Londres, en 2012, il accrochera cette fois un troisième titre olympique à son palmarès… devenant, ainsi, le premier français à ramener l’or sur trois olympiades.

 

 

 

Aux côtés de Bernard Lapasset, Tony Estanguet va s’engager pleinement pour convaincre les membres du CIO de la force de la candidature de Paris.

 

 

Effacer la désillusion de 2012
Comme annoncé, Tony raccroche alors « sa pagaie » et réussit à se faire élire, dans la foulée, à la commission des athlètes du CIO. Marqué par le dernier échec de la France (lors de l’attribution des Jeux de 2012), il répond favorablement à l’appel de Bernard Lapasset, dès 2013. Celui-ci vient alors d’être missionné par le Ministère des Sports et le CNOSF pour aller à la rencontre de tous les gens « qui comptent » (membres du CIO, présidents de fédérations internationales, etc.) et tenter de comprendre pourquoi la France a « perdu » les Jeux et surtout perdu de son influence sur l’échiquier sportif mondial… « J’avais vraiment envie de me jeter dans cette bataille parce que j’ai souffert des dernières candidatures, des faiblesses à ne pas réussir à connecter notre projet à l’international » raconte Tony. « J’ai donc mis beaucoup d’énergie notamment la première année à aller faire le tour du monde, à rencontrer ces gens, essayer de passer du temps avec eux, comprendre leur logique.« 

 

 

Des talents d’orateur insoupçonnés
Le 12 février 2015, à l’Hôtel de Ville de Paris, les représentants du mouvement sportif français, Bernard Lapasset en tête, font le point sur l’éventuelle candidature de Paris à l’organisation des JO 2024. Celui qui est alors encore Président de la Fédération internationale de rugby surprend alors tout son monde en annonçant que si Paris décide d’y aller, c’est Tony Estanguet qui co-présidera le comité de candidature à ses côtés. Car Lapasset en est convaincu : l’ancien sportif est celui qui manque à la France pour, enfin, décrocher les Jeux olympiques. Athlète accompli, il correspond d’ailleurs parfaitement au portrait-robot du « leader issu du monde du sport » recherché par le gouvernement français pour « porter » cette candidature. Et le « pari » de Bernard Lapasset se révèlera vite être un choix gagnant puisque que, très rapidement, Tony va réussir à fédérer toutes les énergies mais aussi à faire forte impression auprès de ses interlocuteurs… Même quand il s’agira de prendre la parole devant des milliers de personnes alors qu’il n’est pas un habitué des grands discours. « Tony, il m’a bluffé ! Ce gars-là pourrait être un jour président du CIO« , glissera d’ailleurs une personnalité très impliquée dans le monde de l’olympisme à un dirigeant parisien, au sortir d’une réunion organisée à Doha (Quatar) où la délégation française s’adressait pour la première fois à des membres du CIO.

 

 

Mission accomplie pour Tony Estanguet, ici tout sourire, après que le CIO ait choisi Paris pour organiser les JO de 2014.

 

 

La suite, les kids, on la connaît… Homme de challenge, reconnu aujourd’hui au niveau international, Tony s’attachera à convaincre chacun de ses interlocuteurs de la force, de la pertinence et de l’intérêt du projet défendu par la France pour organisé les Jeux de 2024. Sa détermination conjuguée à sa grande rigueur et à sa capacité d’écoute ont fini par faire consensus et nous ont donné la chance, de voir les JO revenir à Paris, 100 ans après. Un sacré exploit qui vaut bien une médaille !

 

 

Retrouve toutes les interviews ici