Un week-end en or pour les Français

On démarre la semaine avec notre traditionnel retour sur le week-end. Enfin, pas si « traditionnel » que ça puisque l’on a décidé aujourd’hui, de consacrer notre « rétrospective » uniquement aux athlètes qui ont défendu nos couleurs. Pourquoi ? Et bien, parce qu’ils ont été tout simplement au top ! Avec de supers résultats, des titres, des médailles et des records. Et on commence tout naturellement avec les filles et plus précisément les handballeuses qui nous ont fait rêver dimanche. Comme quoi, on avait raison de croire en elles, à la rédac

 

 

L’équipe de France féminine de handball décroche sa deuxième étoile !

 

 

They are The Champions !
Lors de l’article que nous avons consacré aux handballeuses françaises et à la présentation de la finale du Championnat du Monde, nous vous disions que c’était un « Everest » qui se dressait devant leur route, avec cette fabuleuse équipe de Norvège. Et que pour le « gravir » et le dominer, les filles d’Olivier Krumbholz allaient devoir sortir le « grand jeu », prendre le match à leur compte et ne pas se laisser imposer le rythme par les joueuses nordiques. Et bien c’est exactement ce qu’elles ont fait. Et de quelle manière. Au bout de quelques secondes, les françaises menaient 2-0. Et, au coup de sifflet final, c’est avec une avance de deux buts qu’elles ont été sacrées Championnes du Monde (23-21). Entretemps, le duel tant attendu aura tenu toutes ses promesses, les deux formations se rendant « coup pour coup » et ne se lâchant pas au tableau d’affichage. Tour à tour, c’est l’une ou l’autre qui prenait un ou deux buts d’avance mais sans jamais arriver à creuser l’écart. Au final, la clé du match aura peut être été le talent des gardiennes. Les derniers remparts norvégiens semblaient impuissants face aux tirs adverses tandis que les deux gardiennes de but tricolores faisaient la différence, avec une Amandine Leynaud de gala (une dizaine d’arrêts décisifs !)

 

 

Le handball français au sommet
Si souvent battues par les norvégiennes, les françaises ont donc pris leur revanche de la plus belle des façons. Un exploit qui va permettre aux Bleues d’arborer sur leur maillot, lors du prochain Euro qui aura lieu en France en 2018, une 2e étoile… 14 ans après le sacre de 2003. Elles terminent ainsi une magnifique série après l’argent olympique de Rio et le bronze à l’Euro 2016. Mais c’est tout le handball français qui aura brillé en 2017 avec pas moins de 4 titres : A masculin, A féminin, U19 garçons et U20 filles. Et comme pour les garçons, il va être temps de trouver un surnom à cette équipe de handball féminin qui nous fait vibrer à chaque rendez-vous. Certains ont commencé à parler de « Battantes »…si vous avez des idées, écrivez-nous les kids !

 

 

 

Une première pour les « 2 B »
Mais les handballeuses ne sont pas les seules françaises à être montées sur la plus haute marche du podium… C’est aussi le cas de Justine Braisaz qui, en biathlon, a remporté au Grand-Bornand la mass start (ndlr : on appelle « mass start » une course avec un départ groupé ou collectif). Il s’agit de la première victoire de sa carrière en Coupe du monde. Et devant son public. Autant dire que la jeune femme qui n’est âgée que de 21 ans a tout l’avenir devant elle et promet de « porter haut » les couleurs du biathlon français. Une première… c’est également ce qui est arrivée à Charlotte Bonnet mais en natation cette fois. La nageuse est, en effet, devenue Championne d’Europe de 200 m en petit bassin en battant son record personnel de près d’une seconde. Avec cette médaille, elle décroche son premier titre sur la scène internationale en individuel. 

 
 
 
Francois Gabart à bord de son trimaran Macif « pulvérise » le record  du Tour du monde à la voile en solitaire.
 
 
 
 

Gabart, « l’extramerestre »
On terminera avec deux hommes qui, eux aussi, ont « marqué les esprits » ce week-end mais qui sont des « habitués » des records et des performances. Le premier se nomme Martin Fourcade et, tout comme Justine Braisaz, il inscrit son nom au palmarès de la première mass start de la saison en biathlon mais chez les hommes cette fois. Avec, à la clé, un sans faute au tir. Le second à avoir « visé dans le mille » est plus habitué aux tempêtes maritimes qu’à celles de neige. il s’agit du skipper François Gabart qui a franchi la ligne d’arrivée virtuelle de son tour du monde, dimanche à 2h45 au large de l’île d’Ouessant.  Il bat ainsi le précédant record détenu par Thomas Coville de plus de 6 jours et fixe le nouveau jalon à 42 jours, 16 heures 40 minutes et 35 secondes. Avis aux « amateurs » !

Retrouve toutes les interviews ici