Un week-end de champions

Au delà d’un retour factuel sur quelques-uns des principaux résultats sportifs du week-end, on a décidé de commencer cette semaine en mettant à l’honneur celles et ceux qui ont brillé sur les terrains, dans les stades ou encore sur les pistes ces deux derniers jours. Des athlètes qui évoluent dans des disciplines parfois très différentes mais qui ont en commun… la culture de la gagne. Certains pratiquent un sport individuel, d’autres « la jouent collectif« … Certains sont des champions « hors normes » titrés à de multiples reprises, d’autres peut être de futurs « très grands »… Mais tous, ce week-end, ont connu le goût de la victoire et sont montés sur le podium. Une « galerie » de vainqueurs haute en couleurs…

 

 

Roger Federer remporte pour la sixième fois l’Open d’Australie.

 

 

1 – Federer : la vingtaine rayonnante en Australie
A tout seigneur, tout honneur, commençons par un « monstre »… une légende vivante. Un joueur de tennis qui à 36 ans a remporté son vingtième titres du Grand Chelem. On veut bien entendu parler de Roger Federer qui s’est imposé en finale de l’Open d’Australie en dominant Marin Cilic, à l’issue d’un match en cinq sets qui aura tenu toutes ses promesses. Toujours animé par la même passion, le Suisse a encore un peu plus marqué de son empreinte le tennis mondial. Avec cette victoire, il en profite pour recoller « aux basques » de l’espagnol Rafael Nadal au classement ATP. Désormais, 155 points seulement les séparent. Quant à son adversaire du jour, Marin Cilic, il gagne 3 places et s’offre le meilleur classement de sa carrière en montant sur le podium. Maintenant où va s’arrêter le « roi Federer » ? Impossible de répondre. Lui qui disputait le 6 juillet 1998, à Gstaad, son tout premier match sur le circuit ATP est encore aujourd’hui au sommet de son art. Avant lui, des joueurs comme Jimmy Connors ou Andre Agassi, respectivement demi-finaliste et finaliste de l’US Open à 39 et 35 ans, avaient démontré que l’âge n’avait pas de prise sur le talent. Autant dire que l’avenir pourrait réserver encore de belles victoires à celui qui est devenu dimanche, le premier tennisman de l’histoire à remporter à six reprises deux tournois du Grand Chelem différents (Wimbledon 8 fois et Melbourne 6 fois).

 

 

 

2 – Ogier : la passe de 6 à Monte-Carlo
Quand on parle de légende ou de « monstre », il en est un autre qui a répondu « présent » ce week-end…  Un champion qui, tout comme Federer, réussit la passe de 6. Mais lui c’est avec un volant entre les mains et non une raquette de tennis qu’il exprime tout son talent. Sébastien Ogier a remporté une nouvelle fois le rallye de Monte-Carlo. Une « habitude » puisqu’il en est à sa sixième victoire (dont cinq d’affilée !) dans cette épreuve, première manche du Championnat du monde WRC de la saison. Quintuple champion du monde de la discipline et tenant du titre, Ogier et son coéquipier Julien Ingrassia démarrent donc la saison sur « les chapeaux de roues ». Au volant de leur M-sport Ford, ils n’ont jamais vraiment tremblé dans cette édition 2018 puisqu’ils ont été en tête dès la première spéciale. Au classement final ils devancent les Toyota de l’Estonien Ott Tänak et du Finlandais Jari-Matti Latvala.

 

 

 

 

3 – Cavani : le 157e but « Capitale »
Oublié l’histoire du penalty tiré par Neymar il y a quelques semaines et les sifflets du Parc à l’encontre de la star brésilienne… Edinson Cavani a profité de la réception de Montpellier (victoire 4-0) pour inscrire son 157e but sous le maillot du PSG et devenir, ainsi, le seul et unique meilleur buteur du club devant un certain… Zlatan Ibrahimovic. L’uruguayen entre ainsi « dans la légende ». Une sacrée « revanche » pour celui qui a longtemps été critiqué pour son manque d’efficacité face aux cages adverses. Devenu l’un des « chouchous » des supporters parisiens pour son talent de buteur mais aussi pour son humilité et sa hargne sur le terrain, Cavani a su répondre sur le terrain à ses détracteurs et fait désormais l’unanimité.

 

 

 

Première victoire dans un tournoi du Grand chelem pour Caroline Wozniacki et première place mondiale.

 

 

4 – Wozniacki : la 1ère place mondiale
Si Federer s’est imposé chez les hommes à Melbourne, chez les femmes c’est la danoise Caroline Wozniacki qui a remporté le tournoi. A 27 ans, elle décroche son premier titre du Grand Chelem. Et comme un plaisir ne vient jamais seul, elle profite de cette victoire pour « chiper » la première place du classement mondial à son adversaire du jour Simona Halep. Ce n’est pas une première pour Wozniacki puisqu’elle avait déjà été numéro une mondiale il y a plus de 6 ans. Pour y arriver, elle a livré un véritable combat en finale contre Halep. Visiblement marquée par sa longue bataille en demi-finale contre Angelique Kerber, Halep a du faire appel au médecin pour cause de crampes. Ce qui ne l’a pas empêché de remporter la seconde manche et de pousser la danoise à un troisième set plus que disputé.  Score final : 7-6[2], 3-6, 6-4.

Retrouve toutes les interviews ici