Des marques et du sport

Les kids, peut être avez vous entendu que l’Olympique de Marseille allait changer d’équipementier. Et qu’Adidas, son partenaire historique depuis presque 40 ans (hormis deux années avec Reebok et Mizuno), allait laisser sa place à une autre marque allemande : Puma. Un changement qui aura lieu lors de la saison 2018 et qui devrait permettre à l’OM de toucher entre 14 à 15 millions d’euros par saison (pendant 5 ans). Troisième équipementier mondial derrière les deux grands géants que sont Nike et Adidas, Puma est déjà le partenaire d’Arsenal en Angleterre et du Borussia Dortmund en Allemagne. Mais aussi d’un joueur que vous connaissez bien, un certain… Antoine Griezmann.  Cela nous a donc donné l’idée de vous parler un peu de l’importance pour les clubs mais aussi les fédérations sportives de nouer un partenariat avec un équipementier. Mais aussi de l’intérêt, pour celui-ci, d’associer son image avec des clubs et des joueurs, dans de très nombreuses disciplines. Car la grande majorité des sports – pour ne pas dire tous – ont leurs équipementiers. Lacoste au tennis, Le Coq Sportif au rugby, Under Armour au basket aux Etats-Unis ou encore Airness dans le basket, lui aussi, mais en France. 

 

FOOT - LIGA - 2017 Madrid, Spain. 5th March 2017: Antoine Griezmann, forward from Club Atletico de Madrid, celebrating after scoring during the LaLiga Santander round 26 against Valencia at the Vicente Calderon. (Photo: Ivan Abanades Medina).  Cordon Press griezmann (antoine) *** Local Caption ***
Puma a associé son nom à la star française de l’Atletico… Antoine Griezmann.

 

A chacun son sponsor chaussures
Tout d’abord, les kids, sachez que lorsqu’on est sponsorisé par un équipementier, on a des droits mais aussi… des devoirs. Et le premier d’entre-eux est de porter les équipements de la marque. Mais, parfois, les concurrents du partenaire officiel n’hésitent pas à « feinter » pour, eux aussi, afficher leur présence et montrer leur logo. Par exemple, dans le football, le Brésil, est sous contrat avec l’équipementier Nike… Mais certains joueurs brésiliens, eux, ont un contrat avec Adidas pour leurs chaussures (car contrairement au reste de l’équipement, les chaussures sont choisies par les joueurs et chacun d’entre-eux possède ses propres paires).

FOOT - ELIMINATOIRES COUPE DU MONDE 201 - 2016
La célèbre marque à la virgule est l’équipementier numéro un au monde.

 

Des ventes de maillots qui rapportent gros
Bien entendu, les équipementiers cherchent à profiter au maximum de la célébrité du club ou du joueur qu’ils fournissent. En foot, l’objectif va donc être d’associer son nom aux équipes qui ont le potentiel pour se retrouver dans le dernier carré d’une grande compétition, qu’il s’agisse de la Ligue des Champions ou encore d’un Championnat d’Europe ou d’une Coupe du Monde. Etre équipementier c’est donc profiter de l’exposition médiatique d’un club pour être vu dans un maximum de pays et auprès du plus de gens possible… C’est aussi pouvoir gagner de l’argent en vendant les maillots aux supporters. Et quand on sait qu’en football une « tunique » officielle est vendue entre 80 et 110 euros, on comprend pourquoi les marques n’hésitent pas à signer de gros contrats avec les clubs. Mais il n’y a pas que le foot qui suscite l’intérêt de Nike, Adidas, Puma et compagnie. Ainsi, la Fédération Française de Rugby (FFR) a lancé récemment un appel d’offres pour choisir le futur équipementier des Bleus.

 

Voilà les kids, vous en savez un peu plus sur le rôle et l’importance des équipementiers dans le sport. On finira par une petite « anecdote »… Savez-vous que c’est en 1971 que la célèbre virgule de la marque Nike a été créée. Et ce par une étudiante en art graphique et pour la somme de… 35 dollars seulement ! 

Allez hop, on en profite pour vous dire que vous pouvez retrouver les articles faits par la Rédac’ sur la « Saga des marques » ici avec l’épisode 1 « Airness« , l’épisode 2 « Adidas«  et enfin l’épisode 3 avec « Nike« .   Bonne lecture !

 

Retrouve toutes les interviews ici