« Les Focus du W-E » : Jackson Richardson (+ Vidéos)

Ce week-end, nous allons nous tourner vers les terrains de handball pour parler de Jackson Richardson. Et là, on va remonter dans le temps, bien plus que dans les épisodes précédents. Et c’est parti pour un plongeon dans le début des années 1990.

 

Une carrière et un palmarès bien remplis

C’est à La Réunion que Jackson Richardson va découvrir le handball. Il va pratiquer sur son île pendant plus de 10 ans avant d’arriver finalement en métropole, après avoir été repéré par le coach de l’équipe de France de l’époque, Daniel Constantini, lors d’une tournée sur place. Jackson intègre en 1989 le club de Paris-Asnières qui évolue en Nationale 1A, plus haut niveau du handball français. Il va y passer 2 ans pour faire ses classes avant de vouloir accéder à un plus haut niveau compétitif. Il va rejoindre alors le meilleur club français du début des années 90 : l’OM Vitrolles. Richardson va y ouvrir son compteur de trophées avec des titres de champion de France en 1994 et 1996, des Coupes de France en 1993 et 1995. On peut rajouter un titre européen avec la victoire en 1993 de la Coupe des Vainqueurs de Coupe. 

L’envie de voyager va se faire ressentir et lors de l’été 1996, il s’envole pour l’Allemagne et le club de Großwallstadt. Il va y remporter une nouvelle coupe européenne, mais pas la plus prestigieuse. On parle ici de celle qui représentait le 4ème échelon des coupes : la Coupe des Villes. C’est plutôt en Espagne qu’il va rajouter de belles lignes à son palmarès déjà bien complet. Avec le club de Pampelune, Richardson va enfin décrocher la Ligue des Champions en 2001. L’année suivante, c’est un titre de champion d’Espagne qu’il obtient, et en 2004, une nouvelle Coupe des Vainqueurs de Coupe ! Jackson Richardson revient en France en 2005, à Chambéry. Il ne gagnera plus de trophée en club mais restera dominant sur la planète handball jusqu’à sa retraite en 2009

 

L’un des précurseurs

Jackson Richardson a beaucoup fait parler de lui en club, mais ce qui l’a fait découvrir aux yeux du monde entier, ce sont ses performances avec l’équipe de France. Alors âgé de 21 ans, il connaît sa première sélection en 1990 face à l’Algérie. Il va directement être appelé pour le Championnat du Monde de la même année, prouvant sa qualité de jeu dès ses débuts. Lors de ces Mondiaux, la France va décrocher sa première qualification pour les Jeux Olympiques, tandis que Richardson est déclaré meilleur joueur de la compétition. C’est à partir de ce moment-là que l’histoire du handball français a complètement basculé !

À Barcelone, en 1992, toute nouvelle dans le tournoi Olympique, la France n’est pas submergée par la pression. Les bleus se donnent corps et âmes dans cette campagne pour aller chercher une médaille…et ils y arrivent ! C’est le bronze qui est ramené d’Espagne, ce qui donnera le premier surnom de l’équipe de France de handball : « les bronzés ». Ce surnom ne durera que très peu de temps, rapidement remplacé par « les barjots » après la médaille d’argent au Mondial 1993, confirmée ensuite par le titre en 1995. L’équipe de France emmenée par Jackson était alors en mode rouleau compresseur et faisait peur à toutes les équipes du monde. Le dernier surnom d’équipe que Richardson connaîtra sous le maillot bleu est celui des « costauds », qui est attribué après un nouveau sacre mondial, en 2001 à domicile

Jackson Richardson ne sera pas de la partie pour les nombreux titres européens, mondiaux et olympiques qui suivront. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il peut être fier d’avoir ouvert la voie au handball français qui nous a rendus si fiers sur les deux décennies d’après. 

 

Et après ?

Jackson Richardson est devenu entraîneur et à coaché 3 équipes différentes. Sa première expérience sur le banc a été en tant qu’adjoint de Mario Cavalli à Chambéry, un club qu’il connaissait plutôt bien. Il prend rapidement l’intérim après que Cavalli ait quitté le club, le temps de trouver un nouvel entraîneur, en la personne d’Ivica Obrvan. Il ne restera adjoint qu’une saison (20114 – 2015) avant de prendre le rôle d’entraîneur principal à Dijon, club de 2ème division. Lors de sa dernière année de contrat avec le club bourguignon (2017 – 2018), Jackson Richardson prend le poste de sélectionneur de l’équipe nationale du Gabon. Il obtient la meilleure place du pays lors de la Coupe d’Afrique des Nations en terminant 5ème. Mais après cela, son contrat est rompu unilatéralement par les instances gabonaises. 

 

Et Aujourd’hui, les kids ? Et bien, les valeurs du sport sont faites pour être transmises et partagées, les kids. Et c’est son fils, Melvyn, qui a repris le flambeau familial et qui nous régale en apportant sa propre touche à l’équipe de France ! 

Retrouve toutes les interviews ici