Nouvelle défaite des Bleues en Golden League !

L’équipe de France féminine de handball s’est malheureusement inclinée face à la Norvège dimanche soir, au Palio de Boulazac Isle Manoire, sur un score final de 22 à 24 (12-11 à la pause). Les françaises étaient pourtant bien parties en première mi-temps mais elles n’ont pas réussi à venir à bout d’un collectif norvégien bien plus concluant au tir. Elles terminent ainsi troisième de cette Golden League derrière leur adversaire du soir et le Danemark. Prochain rendez-vous international au mois de septembre pour deux rencontres dans le cadre de la qualification à l’EHF EURO 2020.

Les Bleues ont mis un peu de temps avec de rentrer pleinement dans leur rencontre et ont laissé les Norvégiennes prendre les devants. Ce ne sera que de courte durée puisque menées par Manon Houette, Aïssatou Kouyaté et Orlane Kanor, le collectif est revenu petit à petit à niveau au score, tout en durcissant sa défense en profondeur. Les norvégiennes ont eu des difficultés à trouver des solutions mais ont su tenir le rythme, tandis que le collectif d’Olivier Krumbholz a levé un peu le pied en fin de mi-temps. Malgré tout, la France réussissait à mener d’une petite longueur au retour aux vestiaires, grâce notamment à deux belles actions de Pauletta Foppa.

Les norvégiennes reprendront les rênes dans les premières minutes de la seconde période et mèneront la danse jusqu’à la fin de la rencontre. Malgré une très belle prestation de Roxanne Frank, en relève de Laura Glauser, et Gnonsiane Niombla beaucoup plus engagée en attaque, les tricolores feront la course au score à partir de la 40ème minute. Mais plusieurs balles perdues (7) et des tirs hors cadres permettront à la Norvège d’asseoir son avantage et de finir avec deux longueurs d’avance (22-24).  Le bilan de cette Golden League est bien sûr mitigé, voire décevant, pour Olivier Krumbholz et ses joueuses mais pas de panique, les enjeux sont ailleurs pour les Bleues ! Après un championnat du Monde victorieux et avant un championnat d’Europe prometteur, il est normal que les esprits soient un peu « ailleurs » et que les organismes ne soient pas à 100%. Et le positif est que le coach a pu tester certaines joueuses « grandeur nature », ce qui est très positif en vue des prochaines échéances internationales !

Retrouve toutes les interviews ici