Handball : les Coupes de France F / H pour Brest Bretagne et le PSG !

On commence par les filles et c’est le Brest Bretagne Handball qui a aisément remporté la première des deux finales nationales de Coupe de France, organisées ce week-end à l’AccorHotels Arena face au Toulon Saint-Cyr Var Handball, sur un score de 30-21.

La première mi-temps fût très disputée, les joueuses se rendant coup sur coup sans se distancer à mesure que les minutes passaient. Il fallait attendre la 27e pour revoir un écart significatif : le jet de 7m propulsé par Amandine Tissier offrait aux Brestoises un +2. Les Toulonnaises recollaient au score avant le retour aux vestiaires grâce au premier but de Laurie Puleri, 12-11.

Les Brestoises furent sanctionnées d’une double exclusion dès le retour de la mi-temps. Déjà auteur d’une première manche spectaculaire, la championne du monde Cléopatre Darleux poursuivait son festival avec une statistique toujours aussi impressionnante à 50 % (14 sur 28) après 44 minutes. Le BBH prenait le large (20-16, 47e) face à des Toulonnaises en passe de solutions dans leurs offensives. Le scénario est resté le même jusqu’au buzzer final, Toulon s’incline de neuf buts face aux joueuses du BBH encore pleine d’énergie et haranguant leur public (1500 supporters avaient effectué le déplacement).

On passe maintenant aux garçons avec le Paris Saint-Germain HB a fait valoir son statut de favori face au USAM Nîmes Gard, après une entame poussive (26-32). Paris gagne ainsi sa quatrième coupe de France !

Les Nîmois auront longtemps semé le doute dans l’esprit des joueurs et supporters du PSG HB, présentés comme les grands favoris du jour. Les hommes de Franck Maurice ont montré leur soif de victoire en prenant à la gorge les Parisiens dès le début de la rencontre. Mené par Mikkel Hansen, ils retrouveront un souffle avant la mi-temps et réussiront à revenir à un but d’écart, 14-15.

Au retour des vestiaires, les joueurs de Zvonimir Serdarusic ont renversé la tendance et pris l’ascendant sur les Nîmois, malgré de beaux arrêts de leur gardien Rémi Desbonnet. Encore à égalité (21-21, 45e), la « Green Team » prend un éclat sous les coups de boutoir de l’intenable Mikki Hansen (22-27, 50e). Hansen enfonce un peu plus le clou et dégoute rapidement les hommes en vert qui butent inlassablement sur une défense armée. A deux minutes et trente secondes de la fin, Benoît Kounkoud s’envole au-dessus de la zone pour convertir le ballon de la gagne. Score final sans appel, 26-32.

Retrouve toutes les interviews ici