Handball / Euro 2018 : Pour une place en Finale, Allez les Bleus !

C’est ce soir, à 18 h, que cela se joue ! Une dernière marche à franchir pour nos Experts avant la Finale de cet Euro 2018, face aux Espagnols, nos « meilleurs ennemis » que les Bleus connaissent par cœur.

Six matches, six victoires pour l’équipe de France, seule équipe invaincue du Tournoi. Il faut maintenant essayer d’aller chercher un nouveau titre ( un de + !) et le coach Didier Dinart est le premier à vouloir viser plus haut maintenant : « Aujourd’hui, ce serait vraiment dommage de se faire sortir en demi-finale alors qu’on est bien lancés… On s’est ouvert la porte aux médailles, maintenant, il faut essayer de gagner la plus belle. »

Du côté espagnol, le parcours de cet Euro a été un peu plus mouvementé avec deux défaites en six matches, face au Danemark (25-22) et la Slovénie (31-26). Mais ils ont su se redonner confiance avec cette belle victoire  face aux Allemands, pourtant tenants du titre (31-27). Les Bleus doivent donc entamer la rencontre avec beaucoup d’humilité car il faut se méfier de cette équipe ibérique toujours très agressive et qui va « jouer sa vie » dans ce match-couperet qui opposera des joueurs qui se connaissent bien car se côtoyant toute l’année en équipes de clubs.

Voyons ce qu’en pense le coach-adjoint Bertrand Gille ( déclaration source fédération handball):

« Le jeu espagnol est caractérisé par la faculté des joueurs à s’adapter aux situations, aux déplacements, aux défenseurs, à la position des pivots et à utiliser les espaces. Sans de véritables tireurs de loin, l’équipe espagnole joue très au près avec ses gabarits qui se situent dans l’évitement et les bons positionnements.
Le pivot Julen Aguinalgalde Agalde, une solide armoire normande, est un vrai point d’ancrage de leur attaque. Lorsque la relation forte entre la base arrière et le pivot fonctionne bien, cela peut devenir très pénible. Gonzalo Perez de Vargas semble blessé et on peut s’attendre au retour de Arpad Sterbic, un gros chat avec des accents des Balkans.
Dans son jeu d’attaque, l’équipe s’appuie sur des responsabilités bien partagées, avec des temps de jeu équivalents, des ailiers adroits qui courent vite, David Balaguer et Valero Rivera. L’ensemble est très homogène.
Avant d’atteindre les demi-finales, les Espagnols ont connu deux défaites. Cela prouve leurs difficultés pendant la compétition, à nous de les identifier et de voir là où on peut faire mal.
Dans les duels France – Espagne, il y a une dimension mentale et physique avec 2 peuples de culture latine qui aiment l’engagement physique et la passion générée par le Handball. Les récentes passes d’armes ont été assez disputées et je m’attends à ce que cette demie ne déroge pas à la règle.
Défensivement, l’Espagne est très joueuse : elle tend des pièges, elle dissuade, elle ouvre et elle ferme les espaces, induit des courses… Les joueurs ont des savoir-faire assez fins. Ils sont assez experts dans l’art de lire l’attaque adverse pour poser des problèmes de continuité sur les croisés. »

Vivement 18 h…on conclue par un énoooorme : « ALLEZ LES BLEUS !! »

Retrouve toutes les interviews ici