Et hop, c’est parti pour la Ligue Butagaz Energie !

Et oui, les kids, le Championnat regroupant les meilleurs clubs de la Ligue Féminine de Handball porte désormais un nouveau nom : La Ligue Butagaz Energie ! En « langage sponsoring », on appelle cela un « naming« , c’est à dire que le nom d’un championnat s’associe avec celui d’un Partenaire qui amène des moyens financiers pour avoir le droit d’associer son nom à celui d’un championnat ( comme pour les garçons avec la « Lidl Starligue » ) …Bref, l’arrivée de Butagaz amène des pépettes à la LFH et petite fierté pour le hand français : c’est le premier naming de l’histoire du sport féminin français ! 
 
Un naming, O.K,…et avec plein d’atouts à faire valoir, on se dit que la LFH est comblée ! Et bien oui, quand on sait qu’une moyenne par club est de 12 joueuses professionnelles à temps plein contre 8 en 2008-09, que 255.000 de spectateurs en moyenne ont été présents dans les salles en 2018-19 (+140 %), dont des records de plus de 5.000 spectateurs, que la LFH est la première ligue féminine sur les réseaux sociaux (280.380 abonnées pour la LFH et ses clubs sur Facebook, Twitter et Instagram), que 4 clubs ont été vainqueurs de la Coupe d’Europe Challenge Cup, que 2 clubs étaient  en Ligue des champions, dont un au Final4 2018-19, que plus de 27 nationalités sont représentées dans le championnat, on se dit que cela a été « two fingers in ze noise » pour trouver un diffuseur du championnat !
 
NIMES-MONTPELLIER (32-30)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Et bien non, les kids,…c’est là que le bât blesse… aucune retransmission de matchs cette saison, nada, keutchi. Aucune TV ne s’est montrée intéressée pour produire et diffuser les rencontres du Championnat ! On est comme vous, les kids, sur c’coup là…trop dégoûtés…Et il faut bien se rendre compte que dans un contexte où les valeurs du sport féminin sont régulièrement mises en avant dans les médias, il reste en réalité une profonde inégalité dans l’exposition de nos compétitions nationales féminines….
 
BREST-METZ (24-34)
 
Si la LFH doit surtout ne pas baisser les bras face à ce constat amer et doit donc redoubler d’énergie pour trouver un diffuseur, on peut vous dire que les clubs de LFH vont en avoir aussi bien besoin dès l’entame de cette saison car Metz a remporté les quatre derniers championnats de France et n’a laissé échapper son titre que trois fois en 16 ans ( en 2010 (Toulon), 2012 (Arvor 29) et 2015 (Fleury) ! Metz a été aussi la première équipe tricolore à atteindre le Final Four de Ligue des champions, en mai dernier. Bref, si les Messines ont vraiment été intouchables ces dernières saisons, les 11 autres clubs de l’élite vont saisir la moindre faille pour tenter de les battre cette saison !
 
Réponse dès ce mercredi soir avec le championnat qui ouvre le bal ! Un premier épisode marqué par le retour en première division de Mérignac, qui se déplacera du côté de Nice, vice-champion de France. Metz sera de son côté en déplacement à Nantes, alors que le Brest Bretagne accueillera le Paris 92. Le Chambray Touraine accueillera Besançon et Bourg de Péage défiera à domicile le Fleury Loiret.
 

Retrouve toutes les interviews ici