Mercato : de bonnes affaires sur le marché ?

Ce week-end le foot fait son retour sur le devant de la scène en France après la traditionnelle trêve de fin d’année. Au programme : les 32e de finale de la Coupe de France, un tour marqué par l‘entrée en lice des clubs de Ligue 1 Conforama dans la compétition. Et certains d’entre-eux pourraient arborer un visage « légèrement » différent de celui affiché lors de la première partie de saison. On pense notamment à Saint-Etienne, Bordeaux ou encore au SCO d’Angers. Pourquoi ? Tout simplement parce que le mercato hivernal qui s’est ouvert lundi 1er janvier (et qui se terminera le 31 janvier) sera passé par là. Et que, comme chaque année, certains clubs (pour ne pas dire tous) vont en profiter pour apporter quelques retouches à leur effectif. Et notamment ceux dont les résultats n’ont pas été à la hauteur de leurs espérances…

 

 

 

En 2014, l’attaquant Berbatov vient renforcer l’effectif monégasque au mercato hivernal.

 

 

Des bonnes et des mauvaises pioches
Attention toutefois ! Considéré comme un « marché d’appoint », le mercato hivernal peut aussi se transformer en opération ratée avec à la clé de véritables « flops ». Ainsi, les supporters du PSG se souviennent encore de l’arrivée  du russe Sergueï Semak en juin 2005. Ou encore du duo brésilien Willamis Souza-Everton Santos à l’hiver 2008. Des « bides » retentissants. Car rares sont les bons joueurs à être disponibles et prêts à changer de club en cours de saison. Mais il est aussi possible de réaliser quelques belles affaires. Ainsi, Dimitar Berbatov avait débarqué à Monaco en 2014. Florian Thauvin, lui, a posé ses valises à l’OM lors du mercato hivernal de 2016 et fait toujours le bonheur des olympiens. Alors, aujourd’hui, quand on regarde la liste des joueurs « libres » ou à la recherche d’un club, on se dit que quelques-uns pourraient certainement faire le bonheur de nombreuses écuries de Ligue 1…

 

Après avoir porté les couleurs de Bordeaux, du FC Séville mais aussi de l’Équipe de France, Benoît Trémoulinas est aujourd’hui « sans club ».

 

 

Il est libre Trémoulinas
On pense, par exemple, à Benoît Trémoulinas. Promis à un brillant avenir, le latéral gauche quitte les Girondins de Bordeaux en 2013 pour s’engager avec le Dynamo de Kiev. Moins d’un an plus tard, il est prêté à l’AS Saint-Etienne avant de rejoindre le FC Séville. Un club avec lequel il remportera la Ligue Europa en 2015. Plusieurs fois appelé en équipe de France, Trémoulinas a vu sa carrière handicapée par de nombreuses blessures. La dernière en date : une rupture du ménisque externe du genou gauche en mai 2016. Avec à la clé une intervention chirurgicale et une longue indisponibilité. Laissé libre en mai dernier par le FC Séville, Benoît Trémoulinas est aujourd’hui âgé de 32 ans et « pointe »… à Pôle Emploi ! Autant dire que le joueur, remis de sa blessure, ne demande qu’à relever un nouveau challenge. Un pari qui pourrait s’avérer payant. Un autre ancien Girondin pourrait faire son retour en Ligue 1 si on lui en donnait la possibilité… Il s’agit du gardien de but Cédric Carrasso. Non retenu par Bordeaux, il a signé à Galatasaray (Turquie) début septembre 2017 en tant que deuxième gardien. Mais le nouvel entraîneur du club Fatih Terim ne semble pas compter sur lui, à tel point que le portier âgé de 35 ans est désormais numéro 3 dans la hiérarchie des gardiens. De quoi lui donner des envies d’ailleurs. Des envies partagées par un certain Brice Dja Djédjé. Après avoir fait les beaux jours de l’OM, le défenseur ivoirien de 27 ans est arrivé à Watford (Angleterre) en 2016. Mais, depuis, il ne cesse de « cirer le banc » n’ayant disputé que deux petits bouts de matches avec l’équipe première. Pire, il a été écarté du groupe professionnel. S’il arrive à rompre son contrat, il pourrait lui aussi faire beaucoup de bien à un club de Ligue 1 qui connaît des difficultés défensives. 

 

 

 

Après un passage en Angleterre, Loic Rémy se morfond en Espagne à Las Palmas. Aux clubs français d’en profiter !

 

 

Rémy, Ben Arfa ou Ntep les coups gagnants en attaque ?
Mais il n’y a pas que des défenseurs à pouvoir prétendre au titre de « bonne pioche 2018 ». Des joueurs à vocation offensive pourraient, eux aussi, tirer leur épingle du jeu et soulager bon nombre de clubs de Ligue 1. Cela pourrait être le cas de Majeed Waris, à la pointe de vitesse redoutable et auteur de 20 buts en Ligue 1 avec Lorient entre 2015 et 2017. Le ghanéen évolue désormais en Ligue 2 et pourrait avoir un « bon de sortie » cet hiver. De son côté, Clément Grenier semble condamné à ne jouer qu’avec la réserve à Lyon… Alors pourquoi ne pas tenter sa chance ailleurs ? Même si son départ vers une formation étrangère semble plus vraisemblable, une équipe comme Nice pourrait elle aussi tenter le coup. A moins que le club de la Côte d’Azur se tourne vers un autre joueur qu’elle connait bien et qui, lui aussi, se morfond actuellement… On veut, bien entendu, parler d’Hatem Ben Arfa qui ne fait plus partie des plans d’Unai Emery au PSG depuis de très longs mois. Enfin, Loic Rémy, poussé vers la sortie par Las Palmas qu’il a rejoint après ses expériences à Chelsea et Crystal Palace, et Paul-Georges Ntep en manque de temps de jeu à Wolfsburg, pourraient se relancer dans le championnat de France.  L’un comme l’autre sont d’ailleurs régulièrement cités comme de possible renforts pour Saint-Etienne, Bordeaux ou encore Nice.