Des ballons qui ne tournent pas rond ?

C’est mardi et mercredi derniers que se sont joués les matches des 16e de finale de la Coupe de la Ligue de football. Et une petite polémique est née à propos du ballon choisi pour disputer ces rencontres car il semble bien que celui-ci ne fasse pas l’unanimité auprès de joueurs. C’est le moins que l’on puisse dire ! Ainsi, à la mi-temps du match opposant Montpellier à Nantes, le défenseur héraultais Daniel Congré n’a pas hésité à donner son avis sur la question au micro de Canal+Sport… « C’est un ballon de volley«  ! Un avis partagé par son adversaire du jour, le nantais Diego Carlos…« On sent beaucoup de différences avec ce ballon, dans les passes ou dans les tirs« . Fabriqué par Umbro, ce ballon rond serait donc plus léger que celui utilisé en championnat… 

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que des joueurs se plaignent de leur « outil de travail ». Vous êtes peut-être trop jeunes pour vous en souvenir, les kids, mais en 2010, lors de la Coupe du Monde disputée en Afrique du Sud, le ballon appelé « Jabulani, » (qui signifie « être joyeux » en zoulou) avait fait l’objet de vives critiques. Et notamment de la part des gardiens de but. Ainsi, le célèbre portier italien Gianluigi Buffon l’avait trouvé « inadapté » alors que l’espagnol Iker Casillas n’avait pas hésité à déclarer qu’il était consternant « qu’un événement aussi important que la Coupe du monde doive se jouer avec un ballon aussi nul« . Un avis partagé par le brésilien Julio César qui le trouvait « aussi bon qu’un ballon de supermarché » et même par notre Hugo Lloris national qui le qualifiait de catastrophique car prenant des trajectoires plus que curieuses !

Lors de la Coupe du Monde 2010, en Afrique du Sud, les gardiens ont beaucoup critiqué la qualité du ballon baptisé « Jabulani ».

Le cauchemar des gardiens
Plus récemment, c’est le ballon de la Coupe du Monde (le Telstar 18), disputée en Russie et remportée par la France qui n’avait pas plu aux joueurs et encore une fois, plus particulièrement aux gardiens. A l’issue d’un match contre l’Allemagne, l’espagnol David De Gea avait trouvé qu’il flottait dans l’air et qu’il prenait des trajectoires « bizarres ». Son remplaçant, Pepe Reina, en avait rajouté « une couche » en déclarant qu’il était recouvert d’un film plastique qui le rendait difficile à maîtriser. Bref, seul les « frappeurs » semblaient se réjouir des ces effets aléatoires à l’image de Dani Alves qui avait lâché un « c’est optimal pour celui qui tire et très mauvais pour celui qui l’arrête« . Pourtant, son fabricant, Adidas, avait présenté le Telstar 18 comme un ballon…  futuriste !

Un ballon « invisible » à la télévision…
Un ballon peut être « futuriste » mais qui de par sa couleur (noir et blanc) rendait également hommage au premier ballon arborant des « panneaux » noirs utilisé lors de la Coupe du monde 1970. Ce ballon composé de 32 panneaux de cuir noirs et blancs fut, en réalité, lancé lors du Championnat d’Europe de football en 1968 sous le nom de « Telstar Elast ». Mais, très vite, les spécialistes l’appelèrent tout simplement « Telstar » pour sa ressemblance avec le satellite américain du même nom. Alors, pourquoi ce modèle est-il devenu le ballon officiel de la Coupe du Monde 1970 ? Pour le savoir, il faut remonter quatre ans en arrière, en 1966, alors que la plus prestigieuse des compétitions de foot se dispute en Angleterre. La BBC diffuse les matches à la télévision auprès de 400 millions de téléspectateurs. Seul « petit problème » : le ballon utilisé à l’époque (le « Slazenger Challenge ») est rouge orangé et s’avère quasiment impossible à voir sur les écrans de télévision noir et blanc (et oui, à l’époque la tv couleur n’était pas encore d’actualité !) Ce qui était un peu problématique, il faut bien l’avouer…

Qualifié de « révolutionnaire », le ballon de la Coupe du Monde 2018 a lui aussi suscité la polémique.

Un ballon… pas si rond
Mais ce n’est pas la seule nouveauté proposée par ce ballon imaginé par Adidas. Non seulement sa couleur permet aux téléspectateurs de regarder les matches à la télévision dans les meilleures conditions, mais sa forme, elle aussi, est révolutionnaire. Car si à vue d’oeil, un ballon de foot est toujours rond, sachez que ce n’est pas tout à fait le cas, les kids ! Ainsi, le « Slazenger Challenge » avait une forme proche de celle d’un ballon de volley… Tandis que le « Telstar », lui, ressemblait à… un icosaèdre tronqué ! Bon,… désolé pour le terme un peu technique mais cette forme géométrique a été inventée par Archimède, le célèbre mathématicien grec. Et ça ne date pas d’hier puisque c’était au 3è siècle avant notre ère ! Et cela change quoi ? Ben,…  « plein » de choses pour les joueurs ! Plus sphérique, le ballon roule mieux et ses trajectoires sont aussi plus faciles à anticiper. Voilà pourquoi ce ballon icosaèdre va d’ailleurs être adopté dans tous les championnats et rester la norme pendant plus de 30 ans. Avant d’être remplacé par des modèles encore plus aérodynamiques !

Retrouve toutes les interviews ici