Ciao e grazzie mille signore Buffon*

Pour la première fois depuis 1958, l’Italie ne participera pas à la prochaine Coupe du Monde qui se déroulera l’année prochaine en Russie. La Squadra Azzurra a, en effet, été tristement éliminée par la Suède en match de barrage (0-1, 0-0). Au-delà du véritable « cataclysme » que représente cette élimination pour tout le pays, cette nouvelle marque aussi la fin de la carrière internationale d’un monstre du football mondial. Une « icône » qui, au delà se son palmarès de joueur et de sa classe aura démontré des qualités humaines aujourd’hui trop rares sur les terrains. Il l’a d’ailleurs une nouvelle fois prouvé, hier, d’abord en applaudissant l’hymne suédois que les supporters italiens présents à San Siro sifflaient copieusement… Et, ensuite, à la fin du match, en acceptant de répondre aux questions alors qu’il était en pleurs et en s’excusant auprès de tous les tifosis… Cet homme c’est Gianluigi Buffon, le gardien mythique de la Juventus Turin et de la sélection nationale. Alors, aujourd’hui, la rédac ne pouvait que rendre hommage à ce « grand monsieur ». Pour tout ce qu’il a fait sur les terrains mais aussi pour son comportement exemplaire tout au long de sa carrière….

 

 

C’est sous les couleurs de Parme, à 17 ans, que Gianluigi Buffon démarre sa carrière professionnelle. En mars 2017, il a franchi la barre symbolique des 1000 matches chez les pros.

 

 

Décisif en 2006 lors de la victoire en Coupe du Monde
Une carrière internationale qu’il avait démarrée en 1997 lors d’un match de barrage contre la Russie pour le mondial 1998 ! Soit il y a maintenant 20 ans. Alors remplaçant, il était entré en jeu après la blessure du gardien Gianluca Pagliuca. Très vite, l’entraîneur de l’époque, Cesare Maldini, lui accorde sa confiance et « Gigi » Buffon devient le gardien titulaire puis le capitaine de la sélection. Avec, à son actif, quelques « faits d’armes » dont nous, français, nous nous souvenons encore. A l’image de sa claquette sur la tête de Zidane lors de la finale du Mondial 2006. Ou encore de son rôle décisif lors de la séance de tirs au but qui s’en suivie et qui a permis à l’Italie d’empocher son quatrième titre de Champion du Monde.

 

Débuts en pro à 17 ans avec Parme
A 39 ans, l’imposant gardien d’1m92 qui compte 175 sélections ne disputera donc pas sa sixième Coupe du Monde avec l’Italie. Ses deux montées sur corner à San Siro pour essayer d’inverser la tendance contre la Suède n’auront rien changé. Et autant être très clair : Gigi Buffon va nous manquer l’été prochain en Russie. Considéré comme l’un des meilleurs gardiens au monde, à juste titre, Buffon a pourtant découvert le football en tant que joueur de champ, en position de milieu offensif. Avant d’enfiler les gants pour la première fois à l’âge de 12 ans. Sa carrière professionnelle démarre, elle, à l’âge de 17 ans, neuf mois et 22 jours. Il évolue alors à Parme et pour son premier match c’est le grand Milan AC qu’il rencontre. Face à George Weah et Roberto Baggio, le jeune gardien ne tremble pas et réalise déjà plusieurs parades décisives pour préserver le 0 à 0. À l’été 2001 (après avoir réalisé en 1999 le doublé Coupe de l’UEFA, Coupe d’Italie avec Parme), Buffon est transféré à la Juventus Turin pour la somme de 53 millions d’euros. Un montant phénoménal à l’époque. D’ailleurs, Buffon reste encore aujourd’hui le gardien le plus cher de l’histoire. 

 

 

Éliminée par la Suède, l’Italie de Buffon ne disputera pas la Coupe du Monde 2018. Une cruelle déception pour son capitaine, joueur européen le plus capé de l’histoire.

 

 

 

Un regret : la Ligue des Champions
Le joueur né à Carrare, en Toscane, d’un père lanceur de poids et d’une mère lanceuse de disques, n’aura donc connu que deux clubs dans toute sa carrière : Parme donc, où il a joué six saisons, et la Juventus Turin, avec qui il dispute actuellement sa 17e, et certainement dernière saison. Et « Gigi » Buffon aura tout connu sous les couleurs de la « Vieille Dame ». Tout dont 8 titres de Champion d’Italie. Tout sauf… une victoire en Ligue des Champions. Le 3 juin 2017, Buffon a en effet perdu sa troisième finale de Ligue des Champions face au Real Madird (4-1). Une compétition qui n’a jamais voulu lui sourire donc. A moins que 2018 soit la bonne… Et à la rédac, on trouverait cela plus que mérité !

 

 

* Au revoir et merci Monsieur Buffon

 

Retrouve toutes les interviews ici