Arbitrage vidéo pour France Espagne

Même amical, un match entre la France et l’Espagne n’est jamais une rencontre comme les autres. Celle de ce soir n’échappera pas à la règle et on surveillera avec attention, notamment, la prestation des « petits nouveaux » à commencer par celle de Kylian Mbappé dont la presse espagnole ne cesse de parler depuis quelques jours. Mais on va également s’intéresser à ce match, les kids, pour une autre raison plus « technique ». Car, pour la première fois en France, un match de l’équipe nationale va bénéficier de l’arbitrage… vidéo !

 

giroud-football-france
L’opposition contre l’Espagne s’annonce plus difficile pour les Bleus que contre le Luxembourg.

 

Revoir les actions litigieuses
En effet, l’arbitre de la rencontre, l’Allemand Felix Zwayer, pourra compter sur l’aide de deux assistants qui prendront place dans un véhicule équipé, garé à l’extérieur du Stade de France, et qui visionneront le match en temps réel sur des écrans. Sur demande de l’arbitre central qui sera muni d’une oreillette, ils pourront donner leur avis sur une action litigieuse et revoir si besoin les images. Cette expérimentation a été acceptée par la Fifa suite à la demande conjointe faite par les fédérations française et espagnole de football. Une première, en France, mais qui a déjà été testée, en septembre dernier, en Italie lors du match entre la Squadra Azzura et les Bleus. L’arbitre central s’était d’ailleurs, à deux reprises, appuyé sur l’avis de la vidéo pour prendre sa décision, dont une fois pour éviter l’expulsion de Sidibé.    

 

FOOT - 2012 Dec 11, 2012; Kuala Lumpur, MALAYSIA; AFC Acting President Zhang Jilong and UEFA President Michel Platini on Tuesday put pen to paper on a Memorandum of Understanding (MoU) which will promote cooperation and friendly relations between the two confederations. The MoU will pave the way to exchange information, knowledge and good practices on matters of common interest.
Le français Michel Platini, ancien Président de l’UEFA, a toujours été opposé à l’arbitrage vidéo.

 

Revoir les actions litigieuses
Déjà utilisé dans de nombreux sports – dont le rugby – l’arbitrage vidéo a toujours suscité beaucoup de polémique dans le monde du ballon rond. L’ancien président de l’UEFA, Michel Platini, y était, par exemple, farouchement opposé. D’une part parce qu’il pensait que cela « hacherait » ou entrecouperait trop les matches… Et d’autre part pour ne pas qu’il y ait une « différence » entre le monde professionnel et le monde amateur (qui lui ne pourra pas accéder à la vidéo). En revanche, en 2016, le président de la FIFA, Gianni Infantino a autorisé a titre expérimental, pendant deux ans, l’usage de la vidéo pour aider les arbitres à prendre les bonnes décisions.  

 

Les hors jeux pas concernés
Il s’agit de la deuxième étape dans l’ouverture du foot à la technologie après l’introduction de la « Goal Line Technology » (sur la ligne de but), adoptée en 2012 et mise en pratique, avec succès, notamment lors de la Coupe du Monde 2014. Toutefois, toutes les actions ne sont pas « scrutées » par les deux assistants « vidéos ». Ainsi, l’arbitre central ne peut faire appel à la vidéo que dans quatre « cas » :   le but marqué, le carton rouge, le penalty et l’erreur sur l’identité d’un joueur. Ainsi, le hors-jeu, n’est pas soumis, pour le moment, à l’arbitrage vidéo. Lors de l’annonce de cette expérimentation, Gianni Infantino s’était félicité de cette décision… « Aujourd’hui nous avons pris une décision vraiment historique pour le foot (…). Nous écoutons les fans, les joueurs, le foot. Bien sûr, nous devons être  prudents, mais nous sommes aussi ouverts pour faire des pas concrets en avant ».

Et vous les kids, êtes vous pour ou contre la vidéo dans le foot ? N’hésitez pas à nous donner votre avis sur ce site ou sur la page Facebook des Kop Kids. 

 

 

Retrouve toutes les interviews ici