Euroligue : la Panathinaïkos souhaite quitter la compétition !

Le club grec du Panathinaïkos à indiqué à l’Euroligue qu’il souhaitait se retirer de la compétition-phare du basket européen. Il peut le faire, mais pas n’importe comment.

REAL MADRID-PANATHINAIKOS (96-78)

Même s’il est un club majeur en Europe et qu’il a remporté 6 fois lEuroligue, le Panathinaïkos souhaite aujourd’hui quitter la compétition. Deux courriers ont été envoyés par le club cette semaine pour demander aussi le paiement de revenus qui n’auraient pas été versés. Les Grecs souhaitent mettre fin au contrat de 10 ans qui les lie à la compétition européenne, et qui a été signé en 2016, lorsque l’Euroligue est devenue une sorte de « ligue semi-fermée ». Et oui, si vous ne le saviez pas, les kids, 11 des 18 participants de la compétition ont une licence A, qui leur permet d’être présents quoiqu’il arrive, ce qui est le cas du Panathinaïkos.

REAL MADRID-PANATHINAIKOS (96-78)

Tout est parti du propriétaire des GreensDimitris Giannakopoulos. Mardi, le milliardaire à attaqué l’Euroligue lors d’une conférence de presse, ce qui a attisé la colère des ultras du club. En 2018, il s’en était déjà pris à la reine des compétitions du basket européen et avait déjà menacé de partir. Le fera-t-il cette fois ? La sortie coûterait 10 millions d’euros pour cause de « rupture de contrat » mais évidemment, Giannakopoulos ne veut pas en entendre parler.

Pour le moment, l’Euroligue n’a pas encore réagi. Elle espère que le club grec reviendra sur sa décision. Si le Panathinaïkos venait à quitter le navire, il laisserait un trou important à combler. Pire, si le Pana choisissait de rejoindre la Ligue des Champions (la compétition de la FIBA, Fédération Internationale de Basket), cela pourrait faire réfléchir d’autres grands clubs du continent! Mais cette place vacante en Euroligue pourrait faire quand même des heureux. La Virtus Bologne et le Partizan Belgrade sont déjà prêts à la récupérer, tandis que le Bayern Munich et l’Asvel pourraient eux-aussi en profiter.

REAL MADRID-PANATHINAIKOS (96-78)

Retrouve toutes les interviews ici