Euro de basket : la France défiera l’Allemagne

Interrogez les amateurs de sport sur ce que leur inspire un France-Allemagne et il y a fort à parier qu’ils vous parleront de football et de la Coupe du Monde… Avec la « fameuse » demi-finale de 1982 au cours de laquelle, à la 57ème minute, le français Patrick Battiston fut violemment percuté (pour ne pas dire « agressé ») par le gardien allemand Harald Schumacher. Évacué du terrain sur civière, il ne verra pas les hommes de Michel Platini se faire éliminer aux tirs au but après qu’ils aient pourtant mené par 3 buts à 1 pendant les prolongations… D’autres évoqueront peut être 2014 et le quart de finale de la Coupe du Monde au Brésil ou l’Allemagne, une nouvelle fois, mit fin à l’aventure de la France (1-0) après que le gardien allemand, Manuel Neuer, eut stoppé un tir à bout portant de Karim Benzema dans les arrêts de jeu… Mais, les plus jeunes et donc certainement vous les kids, ne manqueront pas de mettre en avant la victoire en demi-finale de l’Euro 2016 disputée à Marseille et qui permit à nos Bleus de mettre fin à un terrible série noire (ndlr : la dernière victoire des français face à la Mannschaft en compétition internationale remontait à 1958 !) et de filer en finale. Bref, tout ça pour vous dire que lorsqu’on parle de France-Allemagne on pense immédiatement au foot. Mais aujourd’hui, c’est de basket qu’il va être question puisque, samedi, c’est cette affiche qui nous est proposée en huitième de finale de l’Euro. Et même si les deux équipes ont à peu près le même niveau et que les Français ont donc les moyens de battre les allemands, compte tenu du niveau affiché par nos basketteurs depuis le début de la compétition on est loin d’être serein… 

 

 

BASKET - EURO 2017 - 2017 dimec (ziga) toupane (axel) *** Local Caption ***
Pour leur dernier match de poules, les Bleus ont subi la loi de la Slovénie et affiché un niveau de jeu bien trop insuffisant.

 

 

Des Bleus dans le dur
L’objectif était clair pour les Français avant le début de l’Euro : terminer à l’une des deux premières places de leur groupe et se qualifier pour les huitièmes de finale (en évitant, si possible, de devoir croiser la route d’un « gros morceau » en quart)… Force est de constater que c’est la déception qui prédomine à l’issue de la phase de poules puisque si les Bleus sont bien qualifiés, ils ne terminent que troisième et auront donc la lourde tâche, en cas de victoire contre l’Allemagne, de défier l’équipe d’Espagne ! Une Espagne emmenée par un certain Paul Gasol qui est devenu le meilleur marqueur de l’histoire de l’Eurobasket avec 1105 points, détrônant ainsi le Français Tony Parker. Une Espagne qui termine invaincue de cette première phase et qui figure, plus que jamais, comme l’une des candidates à la victoire finale… Autant dire que l’avenir des Bleus ne s’annonce pas vraiment rose. D’autant que les hommes de Vincent Collet n’ont pas vraiment rassurés leurs supporters jusqu’ici, comme le souligne le sélectionneur lui-même… « En faisant ce qu’on fait depuis le début du tournoi, on ne peut pas prétendre aller beaucoup plus haut. C’est clair et net. On n’est pas assez dans les standards du basket européen, de la contestation. Il faut absolument qu’on monte d’un cran sur ces aspects-là, je trouve qu’on est vraiment en dedans. On sait que le basket européen est un basket particulier. A nous de nous faire violence. Collectivement, il faut que le niveau monte. J’ai un espoir pour samedi. Je pense qu’on est capables de battre l’Allemagne. On l’a jouée en préparation il y a 10 jours, c’est une équipe de notre niveau. Les joueurs sont abattus, mais je pense qu’il faut qu’ils le soient. Il faut qu’ils réfléchissent et que la remise en question s’opère véritablement. Que chacun comprenne que c’est individuellement qu’il doit réagir, mais au service du collectif. »

 

 

BASKET - EURO 2017 - 2017 donnadieu (pascal) collet (vincent) nelhomme (ruddy) *** Local Caption ***
Le sélectionneur Vincent Collet (au centre) doit se poser bien des questions avant de rencontrer l’Allemagne.

 

 

La parole est à la défense
Espérons donc que la lourde défaite contre la Slovénie (95 à 78) où les français ont été comment dire… (inexistants ?) aura servi d’électrochoc et permettra de remettre les têtes à l’endroit. « Ce match a été compliqué du début à la fin, confiait Kevin Séraphin, le pivot de l’équipe de France, à l’issue de la rencontre. On l’avait dit (ndlr : mardi), si on se présentait sans être là, ça allait nous être fatal. Je ne dirais pas qu’on est à notre place. On n’a pas été présents au rendez-vous aujourd’hui, mais le premier mach (ndlr : contre la Finlande), on n’est pas sensés le perdre. Je n’ai pas forcément d’explications. Le fait d’avoir joué quatre matches en cinq jours ne peut pas être une excuse, on est tous dans la même situation. On ne se remet pas à douter. Il faut juste se reconcentrer. On a deux jours pour réapprendre à jouer au basket. Mais douter, non. Tout le monde doit se remettre en question, moi le premier. » Car oui, aujourd’hui, nos basketteurs inquiètent. Si l’attaque donne des signes de satisfaction, c’est loin d’être le cas de notre défense qui a pris bien trop souvent l’eau au cours de cet Euro. Il faudra donc mettre beaucoup plus d’agressivité et d’intensité, samedi, pour espérer battre les allemands. Mais nos français en sont capables puisqu’ils l’ont déjà fait… C’était il y a quelques semaines lors de son dernier match de préparation, à Berlin (victoire 85-79). L’histoire se répètera t-elle ? La réponse samedi à partir de 14h15 !

 

 

Retrouve toutes les interviews ici