Basket NBA : derrière un surnom, une légende…

Allez, une p’tite confidence, les kopkids… J’ai un surnom….« le boulet »… je sais, c’est pas hyper valorisant…Mais ce qui me rassure, c’est qu’en NBA, la très grande majorité des basketteurs américains en ont un aussi. O.K, ce sont des surnoms nettement plus cools que le mien car ils représentent beaucoup et sont une vraie marque de respect. Ce surnom (« nickname » en anglais) qu’on leur attribue leur procure une « identité-autre », complémentaire, un supplément d’âme… sans oublier une meilleure lisibilité Marketing ( ça c’est un peu pour les grands mais je voulais absolument placer cette phrase qui donne « au boulet » un côté intelligent..)

Allez, it’s time to go now ( faut bosser votre anglais un peu !), voilà une petite liste avec quelques explicatifs sur l’origine de quelques surnoms de légendes NBA !

Lebron James ? C’est « King James » ! Ce surnom daterait en fait, de ses années en high school dans l’état de l’Ohio où les medias l’auraient surnommé ainsi après l’avoir élu trois années de suite «Mister Basketball ».

Kobe Bryant ? C’est « The black Mamba » ! Comme un serpent mamba noir, Kobe est rapide, ultra-venimeux sur un parquet. Il dispose aussi d’un sang-froid incroyable et possède l’instinct de tueur du serpent. Quelle que soit la situation, il peut tuer le match à chaque instant.

LOS ANGELES-UTAH JAZZ (101-96)

Dwayne Wade ? C’est « Flash » ! Il paraitrait que c’est Shaquille O’Neal (surnommé lui-même « Diesel » car il avait la force brute et l’endurance d’un diesel) qui lui a trouvé ce surnom après un match de NBA où Wade avait été incroyablement rapide pour intercepter une balle puis aller dunker.

Stephen Curry et Klay Thompson ? Ce sont les « Splash Brothers » ! Ce duo incroyable est surnommé ainsi rapport au bruit que font les ballons quand ils passent le filet et on entendrait « le splash » encore + fort avec les paniers à trois points!

Allen Iverson ? C’est « The answer » Et oui, Allen Iverson était tout simplement « la réponse » (« The Answer » en anglais) à l’ensemble des interrogations concernant la NBA et les Philadelphia 76ers de l’époque. L’idée du surnom serait venu de Jamil Blackmon, un ami d’Allen Iverson lors de ses années en high school mais il a ensuite été utilisé à des fins commerciales, en partenariat avec la marque Reebok.

Paul Pierce ? C’est « The Truth » ! (« La Vérité ») On est en Mars 2001. Paul Pierce revient à Los Angeles où il a grandi pour affronter les champions en titre, les Los Angeles Lakers. Malgré la défaite, Pierce inscrit 42pts ! Après la rencontre, Shaquille O’Neal déclare aux journalistes : « Paul Pierce is the truth because what he is doing is not a lie » (que l’on pourrait traduire par « Paul Pierce est « la vérité » parce que ce que tout ce qu’ il fait n’est pas un mensonge »). Il avait vu juste le Shaq car après, durant toute sa carrière NBA, dès qu’un de ses co-équipiers ne savait quoi faire du ballon, Pierce avait « la réponse », il fallait lui donner !

NBA: Dallas Mavericks at Los Angeles Clippers

Et bien d’autres encore comme :

Michael Jordan ? « Air jordan » ! Pas besoin de chercher, il vole et règne dans les airs.

Chamberlain ? « The stilt » ( « l’échassier ») car malgré ses jambes incroyablement longues, il restait adroit et puissant à la fois.

Julius Erwing ?  « Docteur J » pour ses dunks…« chirurgicaux ».

Rodman ?  « The Worm » car il était capable de se glisser et de se contorsionner tel un « ver de terre » pour prendre les rebonds !

Kemp ?  « The Reignman » car sur ces dunks surpuissants, il « régnait » sur les autres !

 

Voilà les kids, impossible de faire une liste complète tellement ils sont nombreux mais pour compenser, un petite vidéo des familles ! Regarde plutôt ça ! :

Retrouve toutes les interviews ici