Basket: Equipe de France, on s’interroge…

La gifle des Jeux Olympiques, particulièrement la déroute face à l’Espagne, plus le départ de joueurs emblématiques nous font réfléchir, les kids. Cette équipe de France avait toujours présenté le visage d’une formation soudée, rebelle et capable de tout. A Rio, avec les interrogations des uns, la méforme des autres et l’approche un peu « touristique » de l’événement, tout ce bel édifice a volé en éclats !

On peut légitimement s’interroger sur l’Entraîneur, Vincent Collet. Tout commence avec la publication de la liste des douze joueurs retenus pour Rio. L’absence d’Evan Fournier, l’arrière d’Orlando et meilleur marqueur français de NBA a posé problème! Evan apprend la décision…sur Twitter, un gazouillis qui n’est pas vraiment du goût d’Evan ! Belle ambiance ! Plusieurs joueurs n’ont pas compris ce choix. Au sein de l’équipe, à la fin des Jeux et à Rio, Nicolas Batum déclare : « Je savais qu’on allait le regretter à la fin », indiquant que l’absence d’Evan et de son adresse étaient pour beaucoup dans l’élimination des Bleus en ¼ de finale par les Espagnols.

Ce jour-là en effet, les Français furent particulièrement maladroits et…résignés. Cette décision de Vincent Collet a contribué à diminuer son autorité sur le groupe et a donné le sentiment d’une tournée d’adieux plus qu’une équipe bâtie pour jouer le titre !

ETATS UNIS-FRANCE (100-97)

Tony Parker et Vincent Collet…Si près mais si loin ?

Tony Parker, en dépit de tout ce qu’il a apporté à cette équipe est aussi mis en cause, ou plus exactement son absence pendant la préparation. Et oui, TP est resté aux States où il attend la naissance de son enfant. Son absence durera trois semaines et il ne rejoindra la sélection que directement à Rio,…d’où un certain ressentiment.  Un autre joueur de l’équipe juge que la préparation physique a été insuffisante « on n’était pas prêts physiquement à cause des coupures incessantes dans la préparation ! Certains ont eu l’impression, sur ces JO, d’être au Club Med ! » (le Club Med, c’est le Club Méditerranée, un endroit où on passe des vacances). Gloups,… sans commentaires !

Pourtant, sur place, à Rio, tout le monde était confiant avant le premier match. Le sauveur TP (« prononcer « tipi ») était enfin de retour, et l’Australie ne sera considérée comme une simple « mise en jambes pour ce tournoi.  Mal vu ! Le boomerang australien est revenu en pleine figure : défaite 87 à 66. Quelle claque ! Le sélectionneur s’agace : « ils n’ont pas compris où on était ! ». Lors du dernier match de poule contre la Serbie, le staff se demande s’il faut décider de le perdre pour éviter les USA en ½ finale (mais ils avaient peut-être oublié qu’il fallait déjà gagner les ¼ !) ou s’il faut le gagner, « les Américains  ne faisant pas peur ! ». Aucune décision ne sera en fait prise et la France l’emportera tout à la fin, sur un panier de Tony Parker (76-75 !). Mais on connaît malheureusement la suite avec la déroute en quarts de finale face à « l’ennemi intime », l’Espagne. Parker repart alors le soir même aux États-Unis et l’équipe est sonnée, telle un boxeur…

FRANCE-ESPAGNE (98-68)

 TP, Florent Pietrus et Mickaël Gelabale , les « glorieux partants » !

Et maintenant ? Le trio de base Parker, Gelabale , Pietrus prend sa retraite …Quel avenir pour cette équipe sachant que Vincent Collet a été reconduit pour 4 ans ? Recoller les morceaux va demander de gros efforts et on n’est pas certains à la rédac que le coach soit disposé à une remise en question pourtant nécessaire! Il y a encore d’excellents joueurs presque tous étant des titulaires en NBA. Et le cas d’Evan Fournier va revenir sur le tapis ! Boris Diaw, le Capitaine (surnommé « Le Président ») va devoir reprendre en mains un Groupe qui doute et Nicolas Batum devrait en devenir le leader naturel !

Retrouve toutes les interviews ici