Volley – Tournoi de qualification olympique : les Bleus iront à Tokyo !

C’est fait, les kids ! Quel exploit ! Dans l’obligation de remporter ce tournoi qualificatif de Berlin pour se qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo, l’équipe de France s’est surpassée et a remporté la compétition, face à l’Allemagne (20-25 ; 20-25 ; 23-25), et, en plus, avec la manière !

Ils étaient arrivés en Allemagne, il y a à peine plus d’une semaine et nous vous avions laissés avec cet exploit réalisé face au champion d’Europe serbe (3-0), vengeant quelque peu cette demi-finale ratée du dernier Championnat d’Europe, à domicile (2-3). Une belle manière de commencer ce tournoi qualificatif olympique, qui ne permet qu’à son vainqueur de s’envoler vers le Japon en juillet prochain. 

SLOVENIE-FRANCE (2-3)
La suite fut plus compliquée et moins flamboyante. Une défaite face à la Bulgarie (2-3) remettait l’exploit initial en question. Mais heureusement, les coéquipiers de Benjamin Toniutti assuraient l’essentiel en battant les Pays-Bas (3-2). Ce qui permettait aux Bleus de rallier les demi-finales où les attendaient les Slovènes. Et que ce fut dur… Menée deux set à zéro et dos au mur, l’Equipe de France alla chercher aux fond de ses tripes pour reporter trois sets consécutifs, renverser son adversaire d’une manière spectaculaire et, surtout, arriver en finale, à une marche de l’Olympe !

C’est donc l’Allemagne, qui organisait ce TQO, qui se trouvait devant les Bleus. Mais elle n’a rien pu faire face à la tornade Ngapeth, lui, qui d’une bombe au service, marquait le premier point et donnait le tempo du match. Deux premiers sets aisément remportés, sur le même score de 25-20, avec, à chaque fois, le même scénario. Les Bleus breakaient au milieu de la manche avant de s’envoler vers la barre des 25 points. Le troisième set fut plus serré, mais les performances du pointu Jean Patry (14 points), et surtout, des centraux Barthélémy Chinenyeze (10 points) et Nicolas Le Goff (11 points dont 6 contres) ont permis aux hommes de Laurent Tillie de ne pas souffrir en fin de match.
S’avancent maintenant six gros mois de préparation, pour faire mieux que cette neuvième place décrochée, aux Jeux olympiques de Rio, en 2016.

 

Retrouve toutes les interviews ici