Une étape complètement folle ! (+ Vidéos)

Alors là, les kids, on a eu le droit à une des étapes les plus folles du Tour de France depuis 20 ans ! Toute la journée a été mouvementée, du kilomètre 0 à la ligne d’arrivée. Du spectacle continu, que ce soit l’échappée, la lutte pour le Maillot Jaune, le Maillot à Pois… c’était un feu d’artifice à la veille du 14 Juillet.

 

Un départ en fanfare

À peine Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, avait baissé son drapeau qu’un duo se détacha du peloton pour partir à l’aventure à l’avant de la course. Et ce duo n’était pas composé de n’importe qui ! C’était ni plus ni moins que Wout van Aert et Mathieu van der Poel ! Les deux adversaires habituels ont enterré la hache de guerre pour une journée et ont faussé compagnie au reste des coureurs. Cette alliance relevait de l’inimaginable, mais quand on y pense, deux rouleurs de leur trempe, ça avait un goût de reviens-y.

Ils ont ensuite été rejoints par Mattia Cattaneo qui a probablement gaspillé beaucoup de forces dans une poursuite sur un terrain qui ne le favorisait pas. On était alors encore dans les plaines, avant de s’attaquer à un col de 2ème catégorie, les lacets de Montvernier, un col de 1ère catégorie, le col du Télégraphe, et deux cols hors catégorie, le Galibier et le Granon au sommet duquel se trouvait la ligne d’arrivée.

Le peloton s’est petit à petit rapproché du trio de tête, sans pour autant le reprendre complètement. C’est ce qui a donné des idées à certains et ce n’est plus 3 mais 20 hommes qui se sont éloignés à nouveau à l’avant de la course. Mais dès que l’on est arrivé là où la route s’élevait, l’écrémage a commencé à se faire. L’échappée ne comptait rapidement plus qu’une dizaine d’unité dont le Maillot à Pois Simon Geschke, Pierre Latour, Warren Barguil ou encore Wout van Aert qui avait tenu le coup, contrairement à Mathieu van der Poel. Le hollandais finira même par abandonner le Tour, à cause de la fatigue et de la chaleur, très probablement.

https://twitter.com/i/status/1547168556944527360

Devant les Pois, derrière le Jaune

Bien que Simon Geschke soit présent à l’avant pour conforter sa position de leader du classement de la montagne, il n’était pas le seul à chercher à marquer des points. Pierre Latour en particulier, déjà placé dans ce classement, était en embuscade. Il a d’ailleurs très bien géré cette course aux points car il a empoché le maximum sur les deux premières ascensions du jour. Mais l’allemand de la Cofidis n’était pas très loin non plus, et ne lui a pas permis de revenir à son niveau. Un troisième homme s’est joint à cette bataille, Warren Barguil.

Le coureur de chez Arkéa – Samsic n’avait pas pour objectif le Maillot à Pois, mais comme il suivait les coups pour garder la victoire d’étape en ligne de mire, il a inéluctablement marqué des points dans ce classement. Ce sont encore une fois ces trois hommes qui passent en tête du premier col hors catégorie de la journée, dans un ordre différent : Barguil, Geschke, Latour. Ce seront leurs derniers points marqués dans la journée, parce que derrière, c’est revenu très fort. Au final, Simon Geschke conserve sa tunique avec 43pts, suivi de près par Pierre Latour et ses 35pts. Warren Barguil entre dans le classement à la 4ème place avec 30pts.

https://twitter.com/i/status/1547201594508431362

Dans le peloton, à environ 8min de l’échappée, les grandes manœuvres se mettaient en place sur les pentes du Télégraphe. Il était temps pour la Jumbo – Visma de mettre à l’épreuve Tadej Pogacar. Et la première attaque a été menée par Tiesj Benoot qui emmena dans sa roue Primoz Roglic. Une attaque bien suivie par le Maillot Jaune qui a montré qu’il était tout à fait capable de répondre aux provocations des jaunes et noirs.

Les offensives se sont ensuite enchaînées quand le groupe s’est retrouvé au pied du Galibier. On parle bien d’un groupe, car il ne restait plus grand monde à part Pogacar, Roglic, Vingegaard et Thomas. Les Jumbo ont lancé un travail de sape sur Pogy, tantôt Roglic, tantôt Vingegaard. Cela devenait compliqué pour le leader du classement général de suivre toutes ces attaques, mais il l’a fait. Il s’est même permis d’attaquer lui-même pour lâcher ses oppresseurs. Malheureusement pour lui, ce fut un échec. 

https://twitter.com/i/status/1547200124052455425

Le travail paye enfin

Pendant un petit moment de relâchement après les attaques des Jumbo, un groupe est revenu de l’arrière avec en son sein David Gaudu et Romain Bardet. Les deux français n’avaient pas réussi à suivre lorsque l’opération commando des coéquipiers de Roglic avait commencé. Ils ont pris leur temps pour revenir au contact, mais ils l’ont fait, bien aidés par leurs coéquipiers ainsi que la Movistar qui roulait pour Enric Mas. Mais à peine le groupe était revenu que les Jumbo ont recommencé leur travail. Et cette fois, Bardet à suivi, pour un temps. Ensuite, Pogacar et Vingegaard se sont fait la malle, prouvant qu’ils étaient les deux plus fort dans l’ascension du Galibier. Romain se retrouva alors avec Geraint Thomas, qu’il lâcha un peu plus tard et bascula au sommet avec seulement quelques mètres de retards sur les deux monstres. 

https://twitter.com/i/status/1547212641315192834

Peu avant l’ascension finale du col du Granon, la plupart des favoris sont parvenus à revenir sur le groupe Maillot Jaune, une nouvelle fois. Mais ce n’était qu’un instant de répit avant d’attaquer les routes à fort pourcentage en direction de l’arrivée. Un homme qui ne s’était pas montré aujourd’hui, malgré lui, a attaqué en premier dans le Granon. C’est Nairo Quintana, le leader d’Arkéa – Samsic qui a voulu prendre les devants. C’était une situation assez bizarre, surtout qu’il savait que devant son coéquipier Warren Barguil était seul en tête, mais n’avait pas une marge très importante et donc risquait de ne pas pouvoir remporter l’étape si le groupe Maillot Jaune revenait. Mais c’était peut-être une stratégie d’équipe car Barguil a eu des crampes un peu plus tard, et avait probablement indiqué à son directeur sportif qu’il n’était pas capable de rallier l’arrivée en solo. 

Après Quintana, c’est Romain Bardet qui s’est mis en mouvement. Il avait de bonnes jambes aujourd’hui et l’a parfaitement démontré sur des pentes de plus en plus raides. Mais quand ce fut au tour de Jonas Vingegaard de porter son attaque, quelque chose d’impensable se passa. On a vu Tadej Pogacar perdre 2, 5, 10 mètres sur le danois. Le Maillot Jaune s’est retrouvé en difficulté et commença à perdre des secondes importantes sur son rival. Vingegaard ne s’est pas arrêté là et a commencé à remonter tous les garçons qui le précédaient. Les derniers rescapés de l’échappée, Latour et Barguil, puis Bardet et Quintana.

Le danois conclut parfaitement le travail de toute son équipe depuis le début de la journée et fait coup double en remportant l’étape et en prenant le Maillot Jaune. David Gaudu, rapidement décramponné, est monté à son rythme et a réussi à dépasser Pogacar dans les derniers hectomètres pour prendre la 5ème place de l’étape. 

https://twitter.com/i/status/1547236134098444288

Les Classements

Maillot Jaune :

  • Jonas Vingegaard
  • Romain Bardet +2m16
  • Tadej Pogacar +2m22
  • Geraint Thomas +2m26
  • Nairo Quintana +2m37

Maillot Vert :

  • Wout van Aert 304pts
  • Fabio Jakobsen 155pts
  • Tadej Pogacar 148pts
  • Magnus Cort Nielsen 129pts
  • Christophe Laporte 114pts

Maillot à Pois :

  • Simon Geschke 43pts
  • Pierre Latour 35pts
  • Jonas Vingegaard 30pts
  • Warren Barguil 30pts
  • Tadej Pogacar 18pts

Maillot Blanc :

  • Tadej Pogacar
  • Thomas Pidcock +8m50
  • Brandon McNulty +29m30
  • Matteo Jorgenson +43m47
  • Andreas Leknessund +48m20

Retrouve toutes les interviews ici