Saison 2017 Formule 1 : 10 écuries sur la ligne de départ

C’est le 26 mars que sera donné le départ du premier Grand Prix de la saison 2017 du Championnat du monde de Formule 1, en Australie. Le 68ème championnat de l’histoire de la F1. Avec pas mal de changements côté règlement cette année et l’absence du champion du monde en titre sur la grille – une première depuis 1994 – puisque Nico Rosberg a décidé de prendre sa retraite. Avant que cette saison ne démarre – on espère sur les chapeaux de roues – (quelle bonne blague, jingle), on vous propose donc un petit arrêt « au stand », histoire de faire un point sur les nouveautés 2017 et sur les forces en présence. Moteur… Action !  

 

AUTOMOBILE - F1 - 2017 02.03.2017, Circuit de Catalunya, Barcelona, ESP, FIA, Formel 1, Testfahrten, Barcelona, im Bild Stoffel Vandoorne (McLaren Honda) mit seinem Auto auf der nassen Strecke // during the FIA Formula One Testdrives at the Circuit de Catalunya in Barcelona, Spain on 2017/03/02. EXPA Pictures © 2017, PhotoCredit: EXPA/ Eibner-Pressefoto/ Andre *****ATTENTION - OUT of GER***** *** Local Caption ***   FRANCE ONLY
En 2017, les monoplaces seront notamment équipées de pneus plus larges.


Des voitures plus rapides
L’une des principales évolutions est liée aux voitures dans lesquelles les pilotes embarqueront. En effet, les monoplaces seront équipées de pneus mais aussi d’un châssis et d’un aileron avant plus larges. L’aileron arrière sera lui, abaissé. Des changements sensés offrir un meilleur « appui aérodynamique » et donc permettre de gagner en vitesse (entre 4 à 5 secondes au tour par rapport à 2016), notamment dans les virages. L’objectif est clair : relancer la compétition avec des courses plus passionnantes. Les pilotes se sont d’ailleurs préparés en conséquence afin d’être au top de leur forme pour « dompter » leurs nouveaux bolides comme le confirmait récemment Carlos Sainz (Toro Rosso) : « Cette saison, la F1 va plus loin, les voitures seront plus difficiles à piloter, nous devrons donc être prêts pour cela. Et ce que nous avions fait en termes de préparation en 2016 n’était pas assez pour 2017. » Côté écuries, on a assisté à l’inter saison à quelques changements de pilotes dans les baquets, et pas seulement au sein de la team championne du monde, Mercedes…

 

La vie après Rosberg
C’est clair, les kids, les dirigeants de Mercedes ne s’attendaient pas à l’annonce de la retraite de Nico Rosberg, cinq jours seulement après qu’il ait gagné son premier titre mondial… C’est Valtteri Bottas qui portait les couleurs de Williams qui va avoir la lourde charge de le remplacer. Il rejoint donc Lewis Hamilton – triple champion du monde en 2008, 2014, 2015 – et tentera de préserver la suprématie des « Flèches d’Argent« .  

La renaissance de Ferrari ?
2008 ! C’est la dernière année à laquelle la Scuderia a été sacrée Champion du monde des constructeurs... Autant dire une éternité pour cette écurie légendaire. Depuis cette date, même si elle a décroché des places d’honneur (deuxième en 2012 et 2015), elle n’a jamais pu accéder au titre suprême. Pour cette saison 2017, elle comptera sur Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen qui piloteront la SF70H, nommée ainsi pour fêter les 70 ans du constructeur italien.

 

AUTOMOBILE - GP D'ALLEMAGNE - 2016 Romain Grosjean (Haas) Hockenheim, 31.07.2016, Formel 1, Grosser Preis von Deutschland 2016, Hockenheimring
Romain Grosjean au volant de la Haas tentera de faire mieux qu’en 2016.

 

Un nouveau virage pour Renault ?
Côté français, on suivra avec attention les performances d’une écurie Renault en pleine reconstruction. Avec des RS17 pilotées par Nico Hülkenberg et Jolyon Palmer. Lors de la présentation de la nouvelle monoplace, le directeur général de Renault Sport Racing, Jérôme Stoll, a affiché ses ambitions en déclarant avoir « faim de podiums, faim de succès« .  Quant au pilote tricolore Romain Grosjean qui à 30 ans et après 102 départs n’a toujours pas gagné de Grand Prix, il tentera de faire mieux que l’année passée marquée pourtant par un départ canon. Le pilote de la Haas occupait, en effet, la quatrième place du championnat après deux courses (après une 6ème place en Australie et une 5ème à Bahreïn) avant de connaître une suite de compétition plus « laborieuse ». Comment va t-il négocier cette nouvelle saison ? Premiers éléments de réponse dans quelques jours. 

Retrouve toutes les interviews ici