Dakar 2019 : Les héros sont arrivés ! ( + Vidéo )

Le Pérou a accueilli la 41e édition du Dakar, achevée à Lima après 10 étapes éprouvantes dont sont sortis victorieux un Toby Price héroïque en moto, Nasser Al-Attiyah pour un troisième titre en auto avec une aisance stratégique exemplaire, Nicolas Cavigliasso en quad sur un mode de domination encore jamais vu sur le Dakar, Francisco « Chaleco » Lopez pour un retour et une reconversion gagnants après six ans d’absence chez les SxS, et Eduard Nikolaev pour un quadruplé en camions !  Et au-delà des vainqueurs, 179 véhicules (75 motos, 15 quads, 56 autos, 20 SxS et 13 camions)  ont rejoint Lima pour y savourer en fin de journée une cérémonie de podium sur la plage de Magdalena… là où tout avait commencé !

Déclarations d’après-course ( source organisation Dakar ) :  

Toby Price ( vainqueur moto ): « C’est fou ce Dakar. Et fou de penser que j’ai passé toute la course sans remporter d’étape jusqu’à ce matin, mais que j’arrive tout de même à gagner. Je suis totalement sur la lune. Ça a été 10 jours très long. Je pensais que je risquais peut-être de faire seulement deux étapes et quitter le rallye. Mais j’ai reçu énormément de soutien d’Australie, et j’ai continué à y croire. J’ai l’impression qu’il y a cinq personnes qui roulent sur mon poignet en permanence, ce n’est vraiment pas confortable, mais au bout du compte quand il y a la victoire, la douleur disparait. La joie est plus forte que la douleur. Je ne suis pas le boss, il y a tellement de pilotes capables de gagner le Dakar. On le voit nous étions tous à la bagarre avec des écarts très minces. Quintanilla aurait pu gagner, tout comme Matthias (Walkner) ou alors Kevin Benavides, qui a fait du très bon travail. Je ne sais pas si je suis un guerrier, mais je n’abandonne jamais, c’est tout. J’aime être là, j’aime cette famille du Dakar, j’aime cette équipe KTM, c’est aussi pour tout cela que je m’accroche. »

Nasser Al-Attiyah ( auto ) : « L’une de mes plus belles victoires. Nous n’avons pas fait une erreur et c’était pourtant un rallye difficile. On a pris la tête à la troisième journée et on a depuis régulièrement conforté notre avance. Je suis heureux d’offrir à Toyota sa première victoire sur le Dakar. Ce rallye, tout le monde veut le gagner et je respecte nos adversaires. S’ils ont fait des erreurs, c’est parce qu’il fallait attaquer et que parfois ça ne passe pas. C’était un rallye cent pour cent Pérou avec du sable et des dunes, je voulais y faire quelque chose de bien. »

Retrouve toutes les interviews ici