Le rêve envolé de Marie Gayot ! (+ Vidéo)

Trois fois médaillée du 4 x 400 mètres européen (2012, 2014 et 2016), Marie Gayot avait décidé de mettre un terme à sa carrière il y a 4 ans, après les Jeux olympiques de Rio. Alors qu’elle souhaitait revenir dans le monde de l’athlétisme, la pandémie de Covid-19 a balayé ses projets. Peut-être un mal pour un bien.

RELAIS 4 X 400 M FEMMES

On peut naturellement penser qu’il s’agit d’un retour complètement raté. En janvier dernier, Marie Gayot annonçait qu’elle reprenait l’entraînement, à l’Insep, à Paris, dans le même groupe que le spécialiste du triple saut, Teddy Tamgho. L’objectif était double ; se qualifier pour les JO de Tokyo, mais aussi pour les Championnats d’Europe à Paris. Après trois ans d’arrêt, et accompagnée d’un spécialiste du saut, le défi semblait déjà difficile à réaliser. Jusqu’à l’arrivée du coronavirus…

Si Marie Gayot avait arrêté en 2016, c’est parce qu’elle n’en pouvait plus, elle ne prenait plus de plaisir dans ce qu’elle faisait. Mais si la Picarde avait enfin trouvé une certaine tranquillité, elle s’en voulait d’avoir quitté la piste de cette manière. Elle se plonge alors dans son métier d’ingénieur. Mais sa famille la pousse à aller faire des footings dans Paris, car elle voit que l’ancienne championne n’est plus totalement elle-même.

L’été dernier, elle retourne sur la piste pour des entraînements plus longs. Puis on travail l’épuisant, elle démissionne… Elle prend un abonnement à la salle de musculation… Et c’est comme ça, que petit à petit, l’ancienne retraitée à fait le choix de revenir. En décembre, la décision est prise, Marie Gayot décide de se consacrer totalement à son sport. Comme avant. 

Elle rejoint donc ensuite l’équipe de Teddy Tamgho, et profite du staff du champion du monde 2013. Tamgho n’a de cesse de la motiver. Cela marche, elle progresse, Gayot retrouve ses sensations…mais le Covid-19 arrive. Tout s’écroule. Les JO sont reportés, et le rêve s’envole. Malgré tout cela, Marie Gayot à vécu une aventure qui lui a permis de repartir de l’avant. Elle a aujourd’hui retrouvé un travail et racontera même son histoire dans un livre! S’il y a bien une chose à retenir de cette histoire, les kids, c’est que l’important n’est pas que la destination, mais bien aussi le chemin que l’on emprunte.

RELAIS 4 X 400 M FEMMES

Retrouve toutes les interviews ici