ATHLETISME - CHPTS DU MONDE - 2017
bosse (pierre ambroise) - (fra) - *** Local Caption ***

800 mètres : le Bosse c’est lui !

On est très « athlé » en ce moment les kids. Championnats du Monde obligent. Aujourd’hui, on voulait revenir sur la superbe performance de Pierre-Ambroise Bosse qui est devenu Champion du Monde du 800 mètres mardi. Personnalité « hors norme » et athlète aussi brillant qu’attachant, notre français, ancien licencié de l’Union Athlétisme de Gujan-Mestras (33), méritait bien ce « coup de projecteur ». Et encore bravo Pierre-Ambroise !

 

 

ATHLETISME - CHPTS DU MONDE - 2017 bosse (pierre ambroise) - (fra) - *** Local Caption ***
Pierre-Ambroise Bosse, drapeau tricolore sur le dos, est le nouveau « roi » du 800 mètres !

Le 800 mètres : un véritable défi physique et mental
David Lekuta Rudisha, double champion olympique de la discipline à Rio en 2016 et Londres en 2012 et détenteur du record du monde en 1 min 40 s 91 , le danois Wilson Kipketer, trois fois Champion du Monde, les anglais Steve Ovett et Sebastian Coe, l’américain Mal Whitfield, lui aussi deux fois titré aux J.O. en 1948 et 1952… Voici quelques-uns des grands noms qui ont marqué l’histoire du 800 mètres. Une liste à laquelle on peut donc rajouter désormais Pierre-Ambroise Bosse, même si le français dispose encore d’une belle marge de progression. Véritable spécialiste de la discipline, Pierre-Ambroise était peut être « inconnu » du grand public avant mardi mais pas de tous ceux qui suivent de près l’athlétisme. Car avant de décrocher ce titre de Champion du Monde 2017, le coureur âgé de 25 ans est arrivé plusieurs fois en finale d’une course internationale… Sept fois pour être précis. Comme en 2012, lors de ses premiers Championnats d’Europe où il empoche la médaille de bronze. Ou encore à Moscou, en 2013, ainsi qu’en  2016, à Rio, pour ses premiers J.O. où il finit au pied du podium.

 

Un coup de boost qui laisse sur place ses adversaires
Autant de courses et « d’échecs » qui auront, au final, permis « au Bosse » de faire le plein d’expérience, un ingrédient indispensable pour briller sur 800 mètres. Car tous les spécialistes vous le diront les kids : cette épreuve de demi-fond – qui correspond à deux tours de piste – s’avère particulièrement exigeante et nécessite vitesse, endurance, résistance, mais aussi un sens tactique hors pair. En effet, après un départ en position debout, les coureurs doivent rester dans leur couloir pendant 110 mètres avant de se rabattre à partir de repères disposés sur la piste (lignes de rabattement). Et, à Londres, c’est suite à une course parfaitement maîtrisée et à une accélération « de fou » qui a laissé tous ses concurrents « sur place » que Pierre-Ambroise est devenu le sixième français à être titré en individuel aux Championnats du Monde« C’était une course de warrior, a t-il confié. Je me suis senti comme un petit garçon qui voulait son jouet. Je n’avais rien à perdre, et quand j’ai dépassé tout le monde aux 500 mètres, je me suis mis à leur place. Qu’est-ce qu’ils ressentent à ce moment là ? Je pense qu’ils morflent. Et ça me plait ! C’est la première fois que j’ai cette sensation, comme si je voulais faire mal aux autres. Je me suis senti comme un guerrier et ça m’a plu. Pendant 750 mètres j’étais lucide, et quand j’ai compris que j’allais gagner, bien avant la fin de ligne droite, c’était bizarre, très bizarre ! Il y a eu un voile devant moi, et je n’étais plus moi-même. C’est pour ça que j’ai eu l’impression de me réveiller ensuite. Voilà ! Après la ligne, je n’y croyais pas vraiment, je pensais même devoir me pincer pour prendre conscience de la réalité. Bon, 200 m plus tard, j’étais en train de vomir, donc c’était bien un 800 m ! »

 

ATHLETISME - CHPTS DU MONDE - 2017 bosse (pierre ambroise) - (fra) - *** Local Caption ***
Quand Pierre-Ambroise accélère c’est lui devant et tous les autres… derrière !

 

 

Champion de France pour la première fois à 20 ans seulement et détenteur du record de France de la discipline en 2014 (en battant le record d’un certain Medhi Baala) avec un temps de 1 min 42 s 53, le natif de Nantes peut maintenant continuer de rêver au titre olympique… Un rêve qu’il clamait déjà haut et fort, il y a cinq ans, dans les couloirs de l’INSEP. On va croiser les doigts pour que la réalité rejoigne « la fiction »…

Retrouve toutes les interviews ici